Mes bonnes adresses à Paris : une carte pour vous

je me demande soudain pourquoi je n’ai jamais pensé à publier ça ici plus tôt…bref, maintenant, c’est fait, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas où manger ou acheter des chaussures à Paris.

(bien sûr l’idée, depuis que j’en ai entendu parler pour la 1ère fois, est de migrer sur OpenStreetMap, mais voilà, je procrastine)

Mon commentaire sous l’article “La suite” de Daria Marx sur l’antisémitisme

Daria Marx (pseudo) a publié un des plus clairs articles sur l’attentat antisémite de vendredi 9 janvier 2015 à Vincennes (ou porte de Vincennes), le lendemain. On m’a signalé l’article le 12, j’y ai soumis un commentaire, et en parallèle1, je l’avais enregistré car je sais que les blogs ne te recrachent pas ton commentaire quand il n’est pas validé par l’admin. Comme il n’a pas été validé, je le publie ici2.

La phrase “Il faudra supporter que les vies enlevées à Vincennes sont moins glorieuses que celles enlevées à Paris.” entre en résonance chez moi avec la très grande différence de perception et accueil réservé aux rescapés juifs des camps de concentration et d’extermination par rapport aux héroïques prisonniers à leur retour à la Libération. Très bien raconté par Virginie Linhart dans La Vie après que je vous recommande vivement (livre). Et le docu qui va avec : http://www.ina.fr/video/4173099001.

Merci et bravo pour cet article qui me touche beaucoup (sauf la partie sur Charlie que je lisais depuis 20 ans malgré des coups de colère à partir de 2012-2013), encore une fois : droit dans le mille.

Par ailleurs, pas rancunière pour une fois, j’ai fait la promo de l’article, car il le mérite, il ne faut pas juger la littérature au caractère, parfois de cochon, de leurs auteurs :

Et

Et enfin

Notes
  1. cette personne, qui écrit terriblement bien sur son blog, est aussi très agressive sur Twitter, et elle m’avait agressée violemment plus d’une fois et bloquée, donc j’ai pris mes précautions. C’est triste, mais le monde est ainsi fait, notamment rempli de gens qui se trompent de cible…Tous (il manque celui de ce matin, je ne comprends rien…) mes tweets la mentionnant, d’après les archives de Twitter []
  2. genre il est trop trop essentiel []

Istanbul Feminist Collective à Erdoğan : “We do not care about fıtrat !”

ça tourne actuellement par mail, je ne vois pas de site où c’est publié1, alors je décide de le publier

Erdoğan is right! We do not care about fıtrat2 !

One day before 25 October Erdoğan made a statement about the difference of nature or disposition (fıtrat) between women and men. Previously, he had stated that he did not believe in equality between women and men due to their dispositions. We replied to this statement by saying that “the more you tell us not being equal with men, the more we get killed.”

On the International Day for the Elimination of Male Violence against Women we have a lot to say about what we have gone through in the last twelve months. Erdoğan’s words one again clearly depict what we are living in.

By using the term fıtrat Erdoğan naturalizes gender roles as if these were an unchangeable law. According to this, women are supposed to get married, do the housework, bear children, and carry out child and elderly care. Also, women are expected to join the labor market only through jobs that fits them, that is jobs that are ‘feminine’, preferably part-time, flexible and insecure.

Male violence against women is the outcome of actual inequality between genders. Men apply violence to women to control women’s bodies, labor, and identities and to consolidate their authority. There are many forms of violence: Men slap us, kick us, humiliate us, and forbid us to work, harass us verbally, rape us, and hinder our success at work. Violence sometimes starts with a slap, at other times with a humiliation or a simple “I don’t want you to see those people” and sometimes ends with the killing of the woman.

Once the gender roles are fixed, it is forbidden to leave the marked territory. By offering fıtratas an excuse in a country where femicide is a daily routine, Erdoğan becomes the perpetrator of women killings. He legitimizes the punishment and the killing of women.

It is this very state which insists on fıtrat, protects the family rather than the women with its showpiece laws, looks for the consent of women in cases of rape, releases verdicts of “unjust provocation” and supports the ISIS which has given a rape fetwa against women.

Erdoğan is right. We do not care about fıtrat. We reject the gender roles imposed on us by the patriarchy. We do not think that we have to bear children simply because we can. Nor do we think that we should carry out child care once we have. We know that family is not the only means to exist and different solidary forms are possible. We never lose our faith in a world where women and men are equal. We fight for equality, justice, and freedom.

The only way to achieve real justice, not male justice, is equality. It is obvious that the statements and policies which are based on the idea that women and men cannot be equal represent an attack on women’s freedom. Therefore, we make a call for more women’s solidarity and organized struggle against the policies of the President Erdoğan and the AKP which sharpen gender inequality.

Long live our feminist struggle!

Istanbul Feminist Collective (feministler chez gmail point com)

Notes
  1. publié sur Facebookhttps://www.facebook.com/istanbulfeminist/posts/376961839135125 []
  2. An Arabic word with Islamic roots which describes the ‘pure’ and ‘natural’ human disposition. []

Polars à lire : vous me conseillez quoi ?

J’ai réalisé il y a peu, après plus de 30 ans de lectures diverses, qu’en fait ce que j’aime vraiment lire, ce sont les polars.

À l’école/collège/lycée (donc au CDI !), j’ai lu beaucoup d’Agatha Christie, et un peu plus tard, beaucoup de Sherlock Holmes / Conan Doyle, puis, convaincue (par qui ?) que ce n’était pas de la grande littérature, mais pas que pour ça, je me suis détournée des polars. En passant à côté de grands classiques, et de contemporains.

Pendant plus d’une décennie (20 ans-35 ans, en gros), j’ai affirmé ne lire presque que des essais, et très peu de fiction. Dans essais, je mets tous les livres de socio-philo-histoire des sciences, des livres politiques, des livres de socio-philo-SHS, etc.). La proportion de livres chez moi le prouve toujours. Je ne garde d’ailleurs que très peu de livres de fiction : ceux que je n’ai pas encore lus (souvent offerts), et ceux que je veux vraiment garder après les avoir lu car j’y tiens (soit parce qu’offerts/dédicacés soit parce que lu avec émotion/plaisir) : Dürrenmatt, Kafka, Kundera1, Beckett, Duras, Dahl, Gavalda, Auster (quasi polars !), Schlink (polars !), Vargas (polars!)…

Et soudain, cet été, après avoir enchainé depuis la rentrée dernière, avec bonheur et donc vitesse (alors que je lis très lentement) 2 polars de Vargas et 2 de Philip Kerr (prêtés par une copine qui a décidé que c’était pour moi, et elle a visé juste), et m’étant ennuyé à mourir sur 2 livres qui me sont tombés des mains (Vendredi de Heinlein, offert par l’ami Jean-No dans le cadre de la touchante opération “Il faut faire une culture SF à Elifsu, c’est plus possible autant de lacunes” lancée sur Twitter par je ne sais plus qui ; My fist Sony de Benny Barbash, j’ai compris, soudain, qu’en fait, mon truc, c’est les polars. Alors pourquoi se faire du mal avec autre chose ?

Alors, vous me conseillez quels polars ?

1ères réponses reçues sur Twitter, sous un angle particulier de chercheurs-publiant-des-polars-qu’il-faudrait-lister-un-jour, en partant de mon ami de prépa Colin Niel, à mon échographe Eric Nataf, et je viens de découvrir Vincent Boly parce que 3, c’est déjà une foule !

 

 

Notes
  1. erreur de jeunesse, à mon avis, mais bon, pas encore décidée à les virer []
Mots-clé

Lady s’en va…(“Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé”)

Lady s’en va, mais tout doucement, tranquillement, comme elle a toujours semblé glisser sur la vie, à pas de loup.

Depuis le 30 juillet dernier, je sais qu’elle ne verra pas l’hiver prochain, peut-être même pas l’automne ni même la fin de l’été. Elle a 17 ans et demie, donc ce n’est pas une surprise. Elle a une insuffisance rénale grave, donc elle est condamnée, en sursis. Mais tout être vivant est condamné à la mort dès le jour de sa naissance, non ? On le sait depuis presque toujours, et en même temps, on vit presque chaque jour comme si on ne savait pas. Comment pourrait-on vivre si on se souvenait à chaque instant que nous allions mourir, pas forcément voir la fin de la journée ou ne plus jamais revoir quelqu’un qu’on vient de quitter au coin de la rue ?

On vit donc tous dans un oubli sain. Mais parfois la vérité vous repète à la gueule quand vous ne vous y attendez pas, quand vous aviez presque réussi à croire à votre propre aveuglement.

IMG_20140826_163451

Lady dort, et c’est le seul moment où je me sens un peu apaisée en ce qui la concerne…

Lady a faim, elle réclame à manger comme elle n’a jamais réclamé. Elle me le fait très bien comprendre, sans parler ni même miauler. Elle fait des aller-retour incessants à la cuisine, là où se trouvent les gamelles, là où s’ouvrent les boîtes de thon, de là où tombaient des morceaux de jambon ou de beurre. Mais Lady ne mange presque pas, alors elle maigrit à vue d’œil, il ne lui reste que les poils sur les os. Heureusement qu’elle a beaucoup de poils, je n’ose pas imaginer ce que ça serait sans les poils, une peau quatre tailles au dessus de ce squelette. Depuis hier je sais que si Lady ne mange pas, c’est parce que l’intoxication de son sang lui donne la nausée, alors elle a faim, elle essaye de manger, mais la nausée prend le dessus, et elle est obligée d’arrêter. Mais elle retente 5 minutes après, parce qu’elle a faim. C’est terrible de le savoir.

J’ai toujours dit que je n’étais pas SI attachée à Lady, soit parce que je l’avais eue sur le tard, pas vue bébé, soit parce qu’elle n’est pas très câline, un vrai chat, elle ne vient que si elle veut, et puis part brusquement. Parfois, elle pouvait même lancer un petit coup de patte pas très gentil. Et puis je n’aime pas spécialement les chats de race, les siamois qui ont cet air si froid et méprisant. J’ai aussi toujours trouvé que Lady avait un air mélancolique, donc ce n’était pas un chat que je pouvais passer des heures à regarder, magré ses sublimes yeux bleus. De toute façon, elle faisait sa vie, la plupart du temps sur la freebox, puis sur la Bbox quand j’en ai changée mais mise au même endroit sous le canapé noir du salon. Venait parfois sur mon lit, au pied, ou sur mon dos, pas très confortable.

Et pourtant le départ de Lady me rend extrêment triste. Je n’aime pas me sentir impuissante. Je n’aime pas changer mes plans de vacances ou de sorties en fonction d’elle, mais je n’envisage pas de faire autrement, je ne peux la laisser miauler de faim ou de sénilité, je dois faire le maximum pour la rassurer et pour faciliter ses derniers jours. Lady semble errer dans l’appartement, perdue, hagard, a faire des aller-retour répétés aux mêmes endroits. Elle perd un peu l’équilibre (par exemple quand elle s’ébroue). Elle a l’haleine qui sent l’urine. Ma seule angoisse, c’est est-ce qu’elle souffre et comment est-ce que je le verrai à temps ?

Quand on a récupéré Lady de la maison de retraite où elle avait accompagné sa maîtresse, mais qui ne voulait plus d’elle parce que la maitresse perdait la tête et ne s’en occupait plus bien, mon copain a trouvé le nom “Lady” ridicule et a décidé de l’appeler Milady. Sauf que Lady reconnaissait son prénom (elle tournait la tête et/ou bougeait les oreilles), et qu’elle n’a jamais appris Milady (3 syllabes ? Pas assez utilisé par nous, moi j’appelle mes chats “chat” ou “bestiole” ou “kedi” ou “hayvancagiz” mais pas par un nom propre), et comme en plus je n’avais pas la référence des Trois Mousquetaires, je n’avais pas compris en quoi Milady était moins cul-cul que Lady.

L’autre jour, quelqu’un à qui j’ai dit que mon vieux chat était en train de mourir m’a demandé pourquoi je ne la faisais pas piquer. Je me suis souvenu que j’habitais désormais (et ce depuis 20 ans, mais JAMAIS je ne me ferai à ça) dans le (un) pays où on noie les chatons dont on ne sait que faire. Il n’est pas question de laisser souffrir inutilement un animal, et je ferai tout ce qui est possible pour la soulager, quelque soit le coût (depuis le 30 juillet, j’ai dépensé 103 + 60 + 226 + 179 + 100 + 250 = 918€ de soins véto) : j’ai adopté ce chat, j’en ai pris la responsabilité, je ne peux me défausser sur personne. Je ne fais pas ça “pour” Lady, mais bien pour moi, pour mon honneur d’humaine, pour pouvoir continuer à me regarder dans le miroir sans avoir honte. C’est mon humanité qui se joue là, ma capacité à assumer mes devoirs, et non un quelconque droit (de l’/des) animal que je devrais respecter. Il s’agit bien de se respecter soi-même dans son humanité. Mais je ne ferai pas piquer un animal vif, qui cherche à manger, à boire, ronronne, est encore venue dans mon lit cette nuit.

Donc je n’ai aucun doute sur ce que j’ai à faire, dans les grandes lignes : faire de mon mieux pour l’accompagner dans ces derniers jours. Le “comment” est beaucoup moins simple. Est-ce qu’elle souffre ? On dit qu’un chat souffrant se met en boule dans un coin, se planque. Là, non, pas encore. Mais à quel point est-on sûr de comprendre les animaux ? Après des millénaires à s’auto-convaincre qu’on est supérieur à tous les autres animaux, à leur nier toute capacité de penser, de parler, de compter et de capacité d’abstraction, comment faire confiance aux connaissances établies par les humains ? (Plus on cherche, plus on découvre que les animaux ne sont pas si dénué de toutes ces qualités qu’on voulait spécifiquement humaines)
Dois-je la gaver si elle ne mange plus ? Je ne veux pas. Mais si elle continue à avoir faim et ne réussit pas à s’alimenter, c’est difficile de résister. J’espère qu’elle sera peu à peu affaiblie et ne cherchera plus à manger.
Que faire si elle souffre ? Je lui donne quelque chose contre les nausées, et quelque chose pour diminuer la tension artérielle qui pourrait donner des migraines qui pourraient expliquer qu’elle miaulait beaucoup ces derniers temps (mais un véto m’avait dit “Ce n’est rien, c’est la sénilité, elle perd la tête”, et c’est vrai que ça passait dès que je lui parlais ou la prenais dans les bras…).
Dois-je continuer à lui donner des croquettes d’insuffisant rénal alors qu’elle n’en guérira pas ? Je préfère lui proposer tout ce qui lui fait plaisir, le thon, la mousse sheba gold à prix d’or. La complication vient du fait que j’ai un autre chat, en bonne santé, grosse et gourmande, donc je ne peux pas laisser à disposition de Lady de bons aliments : “l’autre chat”1 mangerait tout ! Donc je dois sortir à manger pour Lady, lui présenter, retenter 1 mètre plus loin quand elle s’est éloignée, dégoutée, puis ranger le reste pour le conserver sans sécher, pas au frigo, sinon elle n’aime pas. Galère.
Dois-je à nouveau l’hospitaliser pour qu’on la perfuse et dilue les toxines dans le sang ? L’effet sera de moins en moins spectaculaire, et durera de moins en moins longtemps, a dit la véto. Et la dernière fois, au bout de 3 jours, elle en a eu marre, “elle voulait rentrer”. Donc, a priori, non, la prochaine fois qu’on voit la véto, c’est la fin, à moins qu’on ne voit pas la véto du tout parce qu’elle meurt ici, chez elle. Des amis en banlieue mais partis en vacances ont prévenu les voisins, ils ont la clé, on va enterrer Lady dans leur jardin. Je ne suis pas encore assez moderne pour m’habituer à l’idée de l’incinération et encore moins à payer pour ça.

Lady a des taux d’urée et de créatinine hallucinants, la véto dit que ça aurait depuis longtemps tué d’autres chats, ou que ça leur aurait oté toute envie de manger, toute force. Mais non, Lady est vive, elle monte sur la table, elle monte (difficilement…) sur le lavabo de la salle de bain pour boire de l’eau. Et comme a dit le véto, et ça m’a paru très intelligent (je n’y avais jamais pensé) : les marqueurs biologiques ne sont que des indicateurs, seul compte et nous intéresse la clinique. Et là, on ne peut rien pronostiquer, à part que Lady est en train de partir, mais elle le fera à son rythme, et ça, c’est la nature face à laquelle l’humain doit apprendre à être modeste, après des siècles d’illusion de maitrise !

5.0.2

Le Petit Prince, extrait pour les adultes qui auraient oublié qu’ils ont d’abord été des enfants. Il ne faudrait jamais oublier Le Petit Prince…

- Qu’est-ce que signifie “apprivoiser”?

– C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie créer des liens…Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits gerçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…

Pour lire la totalité de la scène du Renard

(Article initialement publié à 16h17, dans la foulée de son écriture, conception la nuit précédente, Lady dans mon lit, câline, ronronnante ; à 16h, Lady dormait, elle s’est réveillée peu après. Depuis, c’est un peu la cata…La suite en commentaires)

Notes
  1. comme je les appelle souvent à tour de rôle, et ça faisait rire ma jeune coloc’ anglaise Sophie []

Ceci n’est pas un fait divers #justanothermankilledwifestory

Quand je vois un tel titre :

Paris : une jeune Brésilienne poignardée à mort en pleine rue jeudi soir

Capture d’écran 2014-03-16 à 11.45.00

je me dis merde alors, Paris est en fait une ville dangereuse, tu peux te faire poignarder en pleine rue un soir !? C’est pas du tout le sentiment que j’ai depuis 20 ans que je vis dans cette ville, dans 5 arrondissement et 2 rives différentes !

Et puis je me dis “Paris a beau être une ville sans histoire, si tu lis Le Parisien, en fait il y a sans doute plein d’histoires de ce genre,…” et le bavardage continue ainsi dans ma tête…

…et pendant ce temps je commence à lire l’info…et là, surprise :

Capture d’écran 2014-03-16 à 11.48.40

 

Une femme a été poignardée mortellement, ce jeudi 13 mars, vers 22 heures, rue Olivier-Métra dans le XXe arrondissement à Paris. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, de nationalité brésilienne et âgée de 28 ans, aurait eu une dispute avec son ex-compagnon. Ce dernier, armé d’un couteau de cuisine, lui a ensuite porté plusieurs coups dans le dos.

Très grièvement blessée, la jeune femme est décédée une heure après son agression. Avant de succomber, elle aurait eu le temps de confier à un témoin de la scène le nom de son meurtrier. Ce dernier, âgé de 34 ans, domicilié dans le XXe arrondissement, est activement recherché par les enquêteurs du 2ème district de police judiciaire, en charge de cette affaire.

 

Ce n’est donc pas du tout une question d’insécurité, je n’aurais pas pu tout à fait être à la place de cette femme si je passais par là, c’est pas un coup de couteau perdu, un déséquilibré, un délinquant ou rien de la sorte, c’est une histoire personnelle qui concerne deux personnes, un type qui tue son ex compagne. À la rigueur, c’est rassurant pour moi (et pas de bol pour elle), j’ai pas à ce que je sache de tel type dans mon entourage, c’est bon…. #OUFF

…Sauf que là aussi, nouveau problème : on n’a pas le droit non plus de dire c’est juste “une histoire personnelle qui ne concerne que deux personnes précises et ne me concerne pas moi” à partir du moment où ce pattern (les hommes qui tuent/blessent leur femme/compagne actuelle/passée/en train de rompre, c’est beaucoup trop courant de par le monde et depuis trop longtemps pour qu’on ne se sente pas concernée ! Chaque femme court mathématiquement ce danger (on doit pouvoir calculer la probabilité moyenne pour une femme de se faire agresser par un ex) ! Et ce danger est beaucoup plus important, surtout, que de se faire agresser par un inconnu/déséquilibré/délinquant (ça aussi ça doit pouvoir se calculer)1

#gloups #NousVivonsDansUnMondeMerveilleux

Notes
  1. et on peut se battre longtemps sur les méthodos précises de calcul, quels chiffre on prend en compte, si je suis concernée par une moyenne calculée au niveau mondial, ou si on doit la faire par pays, par région, par ville, par âges des victimes, par statut marital, etc. Jusqu’à ce qu’on n’arrive plus rien à calculer du tout si on se “différencie” trop de la population : “Oui mais moi je ne suis pas dans tel cas, …”, etc. []

Pourquoi un site WordPress n’est pas gratuit ? #Anthologie #InCaseOfEmergencyBreakGlass

Certains sont sans doute souvent confrontés à cette question. D’autres se la posent peut-être tout bas. J’ai pensé que ça pourrait être utile d’avoir quelques pistes de réponse sous la main. #KeepCalm

Dans le besoin, voilà comment j’ai mobilisé mes formidables followers :

On va mettre de côté les réponses énervées (même si elles donnent une bonne idée de l’effet que ça fait quand on entend à longueur de journée des âneries sur les outils “gratuits”) :


ou :

Une réponse polie, sérieuse, claire :

 

(bio de l’auteur : “Liberté, Internet – Ilico & Fédération FFDN – Be the hero of your own story ! Tous les paquets sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres”)

Dans le même genre, autre formulation :

 

Et encore une autre façon de résumer :

Un peu agacé tellement on sait tous pourquoi un site n’est pas gratuit, même WordPress :

  Réponse astucieuse et logique :

(Bio de l’auteur : Gus est le Nabaztag:tag de Cerdic qui lui a piqué son compte. Il (Cerdic, pas le lapin) cause aussi sur http://www.yterium.net/ )

Finalement, en 1 mot comme en 140, il s’agit d’expertise humaine :

 

Réponses utilisables avec tout CMS “gratuit”, SPIP, Drupal, etc. Sur ce, bonne chance avec vos clients, #enjoy !

[mise à jour] Réponses reçues depuis la publication de l’article

 

 


(Bio de l’auteur : Détecteur de failles web sur @SecuPress, Expert (à Miami) #WordPress, Core Contributor Newbie #security #plugin #WPHelp. Suivez @Im_Captain_Hook !)

Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes ? #lefilm

J’ai eu la chance d’assister à la projection sur grand écran de Pourquoi les femmes sont elles plus petites que les hommes ?, un documentaire qui raconte une recherche passionnante tant pour sa démarche que son résultat. Le sujet n’est pas facile, les données viennent de disciplines nombreuses et éloignées, et le film arrive à merveille à faire comprendre les différents raisonnements sur lesquels Priscille Touraille s’est basée dans sa thèse. Le suspense fonctionne jusqu’au bout (alors que je connaissais ‘la réponse’), et en plus on s’amuse bien ! Donc vous devez voir ce film. Ça passe sur Arte vendredi 24 janvier à 22h10. Mon article ci-dessous reprend assez linéairement le déroulement de l’argumentation du film, donc il est assez spoiler, attention.

projection film femmes petites

Le film démarre sur une image de la sonde spatiale Voyager1  qui a emporté dans l’espace des représentations d’un homme et d’une femme : on voit que la femme est plus petite.

Pioneer_plaque_humans.svg

Extrait de la Plaque de Pioneer embarquée à bord des deux sondes spatiales Pioneer où l’on voit une représentation d’un homme et d’une femme (source http://en.wikipedia.org/wiki/)

« Comme si ça allait de soi », nous dit le commentaire. On peut dire que ça représente bien la réalité, en tout cas, aussi construite et non naturelle soit-elle. Pas besoin que « ça aille de soi » pour que ça ait une vraie réalité, après tout. Car voilà un fait indéniable, « Les hommes sont en général plus grands ». Ça s’appelle le dimorphisme sexuel de taille. C’est une évidence que nous connaissons tous. Et que le film va interroger, en circulant parmi des chercheurs d’une discipline à l’autre. La différence moyenne dépend du lieu et du temps, mais s’il faut retenir un ordre de grandeur, il s’agit de 10 à 15 cm d’écart en moyenne.

Mécanismes moléculaire et génétique de la régulation de la taille

Le film nous emmène d’abord sur les mécanismes de la croissance, la physiologie, l’hormone de croissance. On voit un médecin suivre la croissance d’une ado. Avec ces approches, on ne peut que décrire ce qu’il se passe, pas expliquer.

On « monte » ensuite d’un niveau : y a-t-il un gène qui dit que les hommes devraient être grands, et les femmes petites ? Parce qu’on a remarqué qu’il y a des familles de petits et des familles de grands, donc on est sûr qu’il y a une part de déterminisme génétique, mais la question qui fâche, c’est : quelle part ? Les gènes identifiés jusqu’à maintenant comme étant impliqués dans ce caractère n’expliquent que 5% de la variabilité observée2. Si les recherches se poursuivent dans le domaine, ce chiffre pourra changer et se préciser.

Est-ce que ça a toujours été le cas ?

On passe ensuite à l’anthropométrie et à l’approche historique. Pour connaître l’évolution de la taille des hommes, on peut regarder les archives d’enrôlement des armées. C’est hyper pratique dans les pays et les époques où le service militaire est/a été obligatoire, mais ne donne aucune information sur la taille des femmes. On apprend que non, « Les humains ne font que grandir », c’est pas vrai, et je trouve personnellement3 que c’est une très bonne nouvelle : il y a eu des périodes où la taille moyenne (des hommes) augmentait, des périodes où la taille moyenne (des hommes) baissait. On parle de plus ou moins 10 cm, donc la fluctuation se fait sur 20 cm, pas plus. Il faut retenir en gros depuis 1945, dans les pays développés, ça augmente ; mais ça stagne (voire rapetisse ?) depuis les années 70 sauf en Europe2. Et on pense que les pays où les tailles moyennes sont les plus grandes, on a atteint une sorte de maximum, un peu comme l’espérance de vie, faudra voir, le temps nous le dira :)

Alors pour les pays et les époques où les femmes ne vont pas massivement à l’armée (qu’il y ait quelques femmes dans les armées ne donnera aucune info populationnelle/sur une cohorte d’âge), donc en gros dans la très très très grande majorité de moments/lieux, on fait comment pour connaître l’évolution de la taille des femmes ? Où est-ce qu’elles se retrouvent en grande nombre et sous surveillance ? Surveiller et punir. Eh bien : les prisons ! Et les passeports4. Eh bien ça ne pèse pas lourd, ça ne remonte pas très loin (« Rien avant le 19ème siècle ») et donc ça ne donne pas d’infos vraiment comparables. Personnellement, j’aurais pensé à l’école, au moment des visites médicales, avec vaccination et tout (on ne nous mesurait pas ? On devrait !), et j’ai oublié de demander à l’historien qui était dans la salle pourquoi c’était pas au moins aussi bien, voire mieux que les registres de prison et les passeports.

Avec ce peu d’information comparative hommes/femmes, on peut quand même dire que quand il y a une évolution des tailles moyennes, la stature des femmes commence à baisser avant celle des hommes, et ne ré-augmente qu’après celle des hommes. Donc ça creuse la différence des moyennes.

Si c’est pas les gènes, alors c’est l’environnement

Alors si c’est pas les gènes, c’est l’environnement. C’est en effet un raisonnement classique quand on cherche à expliquer un déterminisme. Je vous la fais en accéléré. Le bon vieux débat inné/acquis. L’historien nous dit qu’on avait déjà remarqué (en Grande-Bretagne5 ?) que « les cols blancs étaient plus grands que les cols bleus », que les ouvriers et les agriculteurs (sous entendus : les moins riches) étaient plus petits (que la population globale ?), que les aristocrates anglais étaient en moyenne plus grands de 15 cm que les autres.

On nous dit ensuite que dans les périodes de malnutrition prolongées, des gènes régulent la croissance pour protéger les fonctions vitales (le cerveau, par exemple) aux dépens du reste. Un peu comme quand il fait froid et qu’on a d’abord froid aux extrémités : c’est moins grave que le cœur ou le cerveau.

De plus, la croissance des filles et des garçons n’est pas tout à fait synchrone, et vous avez dû le remarquer sur vous et vos enfants : les filles démarrent et s’arrêtent plus tôt (avec la puberté), les garçons commencent plus tard, mais continuent plus longtemps. Tout ça nous fait dire que la croissance est un phénomène régulé6.

Un biologiste de l’évolution interrogé dans le film nous dit que la différence de taille observée entre les hommes et les femmes est directement en relation avec la différence de croissance (puisque la taille atteinte est le résultat de la croissance)…mais cela ne fait que remonter d’un niveau la question initiale concernant la différence de taille : alors pourquoi les hommes et les femmes n’ont-ils pas la même croissance ?

Donc si on veut expliquer (et sortir des simples descriptions), il va falloir changer d’échelle, prendre en compte le temps long, bref, passer par Darwin et l’ évolution. Et c’est là que ça devient intéressant.

L’apport de l’évolution

Première question : « depuis quand » les femmes sont-elles plus petites ? Ou plutôt, à quel moment dans la lignée arrivant aux humains, commence-t-on à observer des femelles plus petites que les mâles7 ?

Un paléoanthropologue nous explique par exemple qu’il a été décidé que le fossile « Lucy» d’Australopitecus afarensis était de sexe féminin, uniquement parce que l’individu était tout petit (entre 1m10 et 1m20) ! Si le fossile Lucy était plus grand, on aurait donc pu l’appeler Arnold8 ! D’autre part, on n’a pas moyen de savoir si chez cette espèce, les mâles ne sont pas plus petits que les femelles. On voit que des préjugés bien ancrés, même dans des têtes de chercheurs (« Un si petit individu c’est forcément une femme ») peuvent parfois brouiller les hypothèses scientifiques. Donc on tourne en rond, et la question reste ouverte.

Illustration crowdsourcée. “@gibus : La photo montre bien que plus on est grand plus on doit se tordre pour avoir sa photo sur la pochette #shortpride”

Le raisonnement évolutionniste nous dit que si un jour une mutation qui augmente la taille est apparue chez un individu de sexe masculin, que cette mutation est transmise à ces fils, et que porter ce gène (et le caractère associé) confère un avantage évolutif, alors ce gène sera peu à peu sélectionné. Il y aura interaction de la sélection naturelle (sélection des meilleurs survivants) et de la sélection sexuelle (sélection des meilleurs reproducteurs).

La sélection sexuelle

La compétition (avec des bagarres violentes) entre les cerfs mâles a par exemple pu sélectionner les gènes produisant des animaux plus gros/lourds/grands, aboutissant à des mâles plus grands que chez les femelles chez qui il n’y a pas cette compétition. Mais cela (avoir un gros corps) a aussi un « coût » : en cas de pénurie, les gros/grands/gros ayant plus de besoins, ils vont souffrir/mourir davantage. Donc on peut dire que ce caractère profite à l’espèce mais pèse sur les individus qui en sont porteurs. C’est souvent comme ça que ça se passe.

Dans les espèces polygynes, où les mâles s’accouplent avec plus d’une femelle durant leur vie, donc rivalisent entre eux pour avoir un max de femelles, on peut facilement comprendre pourquoi les mâles sont plus grands que les femelles ; d’ailleurs chez des espèces strictement monogames comme les gibbons9, il n’y a pas de différence significative entre la taille des mâles et des femelles. Alors la réponse de notre question pourrait être la suivante : les hommes sont plus grands que les femmes, parce qu’à une certaine période de son évolution, l’homme était largement polygame. Mais, car il y a un mais, cette hypothèse qui paraît séduisante et simple, soulève d’autres questions. Si les cerfs se battent avec leurs bois, avec quelles armes se battaient les hommes ? Trouve-t-on des traces de telles armes chez les hommes  ? Regardons par exemple les canines. On voit qu’elles sont très imposantes chez les mandrilles et les gorilles qui se bagarrent beaucoup, mais petites chez les bonobos qui sont plutôt pacifistes. Eh bien, chez les humains, pas de différence significative entre les hommes et les femmes. On pourrait dire que les hommes ont perdu leurs longues et fortes canines en l’absence de pression de sélection.

Alors quelle force maintient encore aujourd’hui la différence de taille entre les hommes et les femmes ? Est-ce que les femmes choisissaient les hommes grands pour se reproduire ? Alors les gènes qui font des hommes grands seraient plus (mieux) transmis à la descendance, et donc leur fréquence élevée serait maintenue. D’après des études2, la « taille idéale »10 d’un homme est de 1m83, les fameux 6 feet tall11, ce qui fait plutôt grand. Une étude faite sur une cohorte d’officiers de l’académie américaine de West Point12,  donc une population plutôt homogène sur le mode de vie, la forme physique, etc. montre que les grands ont fait en moyenne plus de mariages que les petits. On peut en effet imaginer plein de bonnes raisons de préférer un homme grand (bien pratique dans les concerts de rock s’il me porte sur ses épaules, ce qui en fait n’est jamais arrivé), et des études montrent qu’ils gagnent plus d’argent, aussi. Mais à l’échelle de l’évolution, un grand, c’est plus vulnérable en cas de limitation des ressources, et on sait que l’histoire de l’humanité est pleine de tels moments, alors est-ce vraiment une affaire d’investir sur un homme grand ?

Si ce n’est pas la sélection sexuelle, alors c’est la sélection naturelle

Alors si ce n’est pas la sélection sexuelle, il reste la sélection naturelle. Les grands seraient-ils meilleurs à la chasse, ont-ils rapporté les meilleurs mammouths à la grotte, les plus gros poissons et les meilleurs fruits des arbres ? Et comme les femmes se penchaient pour cueillir les fruits, elles auraient eu plus intérêt à être petites ? Sauf qu’on sait (grâce à l’anthropologie) que la galanterie est un gadget assez récent et peu généralisable, les femmes ne sont pas cantonnées aux tâches légères/simples, qu’elles sont chargées de tâches très difficiles et demandant de la force physique, dans plein de cultures et régions du monde, et que cela en a probablement toujours été ainsi. Le film montre plein de femmes qui portent des charges hallucinantes et font des boulots durs.

Il y a de bonnes raisons de penser qu’« il vaut mieux » être grande, pour une femme, si on veut avoir des enfants. Le coût de la maternité est énorme pour le corps, que ce soit pour porter le bébé pendant 9 mois, le nourrir pendant son développement embryonnaire, l’allaiter, et continuer à le porter. Donc d’un point de vue de l’espèce, les femmes grandes auraient dû être favorisées (sélectionnées). D’un point de vue de la croissance du cerveau, c’est pareil. Les femmes ont « tout intérêt » à être grandes pour garder le bébé le plus longtemps possible in utero car c’est le meilleur endroit pour se développer. Et c’est encore plus le cas chez les humains que chez les autres primates, du fait de nos cerveaux proportionnellement plus grands, ce qui représente un avantage certain.

Donc d’un côté, la bipédie s’accompagne d’un bassin plus petit (relativement aux autres primates), autrement dit la petitesse du bassin est ici un avantage pour marcher ; et d’un autre côté, les humains ont un cerveau (relativement) plus grand, qui aurait besoin d’un bassin plus grand pour passer lors de l’accouchement, donc ces 2 éléments sont difficiles à concilier, et expliquent que les accouchements humains sont particulièrement difficiles. Et là, une super animation vous montre toutes les rotations complexes que doit effectuer le fœtus pour passer, ça paraît pas gagné du tout quand on regarde bien. D’ailleurs le film nous rappelle que les accouchements restent la 1ère cause mondiale de mortalité des femmes2.

Et les gender studies dans tout ça ?

Les gender studies, nous explique Priscille Touraille qu’on s’impatientait de ne pas voir à l’écran depuis le début du documentaire, c’est interroger ce qui paraît évident dans les différences hommes/femmes. Évidemment je ne l’écris pas ici pas aussi bien qu’elle le dit dans le film, mais vous comprenez l’idée, et pourquoi son travail me passionne tant. Parce que je ne m’étais jamais posée la question de la différence de taille entre les garçons et les filles, et que je trouve le cheminement intellectuel passionnant !

Les pressions de sélection obstétriques (et Dieu sait si elles sont importantes pour la perpétuation de l’espèce) auraient donc du aboutir à des femmes plus grandes. Enfin, si la sélection naturelle avait pu jouer de façon optimal. Alors qu’a-t-il bien pu se passer pour que la taille des femmes soient limitée, au risque de les voir mourir en couche ? C’est pas bon pour la perpétuation d’une espèce, ça, de perdre les mères à l’accouchement, parce que ça limite vite le nombre de bébés.

On sait par ailleurs que chez toutes les espèces animales étudiées, les individus de petite taille sont favorisés en cas de famine. Quand tu as moins besoin de manger, quand tu te contentes de peu, tu supportes mieux qu’il y ait moins à manger13. Il existe chez les primates une lutte pour l’accès à la nourriture, et ce même en dehors de toute disette. Chez les chimpanzés, c’est pour la viande. Les mâles chassent. Même si dans certains cas, les femelles chassent aussi, les mâles contrôlent complètement l’accès aux ressources. Alors que les femmes ont plus besoin de viande (pour les protéines et le fer) que les hommes.

Le film nous montre qu’au Maroc, en Ouganda, en Inde, les femmes mangent traditionnellement après les hommes et se contentent des morceaux les moins riches. On se demande presque pourquoi il y a besoin de citer ces cas précis, et d’aller les chercher si loin, on est sûr que la liste ne s’arrête pas. Du coup on est content que le dernier exemple nous vienne d’Auvergne.

Autre exemple, de mon cru. Le Kuru, maladie à prions, donc proche de mon sujet de thèse, touchait les femmes et les enfants parce que ceux-ci n’avaient le droit qu’aux morceaux considérés moins nobles chez les Fore, c’est-à-dire les abats et notamment la cervelle, tandis que les hommes mangeaient les morceaux nobles, c’est-à-dire les muscles, lors de rites anthropophages (cannibales)14.

Le film nous dit que la FAO dit aussi qu’au niveau mondial, les femmes souffrent davantage que les hommes de la malnutrition, ont plus de carences, et meurent plus2.

Bon alors c’est quoi la réponse ?

On arrive donc à la dernière hypothèse que le travail de recherche de Priscille Touraille n’arrive pas à écarter : les femmes ont nécessairement été victimes d’une « organisation sociale de la pénurie », de façon prolongée, et de façon suffisamment forte de manière à contrecarrer la force de sélection inverse tendant à faire grandir les femmes (pour l’accouchement et le soin aux bébés). Avoir, de façon prolongée, sur de nombreuses générations, été privé de nourriture suffisante a donc pu sélectionner les gènes qui codaient pour une taille plutôt petite chez les femmes. Qui dit gènes sélectionnés par rapport à d’autres, dit augmentation de la fréquence des individus qui les portent…jusqu’à ce que la population entière soit ressemblante pour ce caractère : les femmes sont sélectionnées par l’histoire qu’elles ont subi à être petites de façon à tenir le coup en cas de difficulté à manger. Le plus tout-petit-tout-plat elles étaient, le moins elles étaient exigeantes, le plus « fit » à leur environnement patriarcal elles étaient.

Ce n’est donc pas de la compétition, mais de la pure et simple inégalité, dit en substance Priscille Touraille. Donc une question d’organisation sociale et politique, et non pas une adaptation à des contraintes « naturelles » (la taille du cerveau du fœtus, etc.). Le dominant décide que les autres ont moins besoin que lui. Cette hypothèse, non contente d’être la seule qui résiste à une rigoureuse analyse multidisciplinaire, a la beauté de la simplicité. Mais du coup, pose question : comment ça se fait qu’il ait fallu attendre les années 2000 pour y arriver ? Une chercheuse interviewée dans le film dit « C’est une aberration de ne pas l’avoir vu avant ! » La taille plus petite des femmes semble tellement aller de soi que personne n’a pensé à la questionner ! Très belles réflexions de Françoise Héritier et d’une autre chercheuse sur leurs propres pratiques de recherche, et comment leur travail scientifique est influencé par les questions qu’on est capable (ou pas, justement) de se poser, et donc par sa propre vie non professionnelle (amicale, familiale).

Ma conclusion : enthousiaste !

Le pari est réussi : le message passe, alors qu’il est issu d’un raisonnement très complexe et implique beaucoup de disciplines différentes (médecine, histoire, anthropologie et anthropométrie, biologie (évolutionniste15, du développement, comparée, génétique). La preuve, j’ai dû vous perdre dans cet article, il faut aller lire le travail de Priscille Touraille pour tout bien comprendre.

Quand tu es scientifique/chercheuse et cinéphile et que ton genre préféré ce sont les documentaires (pas scientifiques), tu deviens particulièrement difficile face aux documentaires scientifiques16Quand le sujet traité est en plus aussi complexe et le raisonnement aussi peu intuitif, c’est facile de se planter. Eh bien, c’est un excellent documentaire, agréable à regarder, drôle, instructif, qui donne à réfléchir, ne dit pas d’âneries, et joli. Et tout ça malgré l’usage d’une voix off, qui n’est d’habitude pas du tout ma tasse de thé. Donc bravo à la réalisatrice, bravo à tous ceux qui ont bossé à rendre ce film possible, bravo aux amis belges de la B.O., et bravo aux producteurs, et en particulier à Arte pour avoir fait cet investissement ! Et au CNRS qui j’espère a bien soutenu le projet, pour une fois qu’un travail de recherche fondamental passe à la télé !

Discussions (questions/réponses) autour du film à l’issue de la projection

Guillaume Lecointre a salué la dimension comparatiste qui apparaît bien à l’écran (comparer les différentes espèces et voir ce que ça nous apprend sur chacune d’entre elle et sur l’évolution du vivant), alors que nos disciplines sont (trop) cloisonnées. Bien vu !

Question intéressante dans la salle : Que se passe-t-il dans les familles où il n’y a que des filles ? Sont-elles plus grandes que la moyenne des filles de leur génération, parce qu’elles n’ont pas eu à passer après des garçons pour avoir des bonnes et riches choses à manger ? Pierre-Henri Gouyon (PHG), biologiste spécialiste de génétique, de sexualité des plantes et d’écologie (donc populations et évolution), qui était également présent à la projection a dit qu’on manquait de données sur le sujet. J’aurais dit que la différence ne se fait pas en une génération, aussi, puisqu’il s’agit de sélection « naturelle » de gènes (et donc de caractères) et non de simples carences et de moins bonne santé/forme/force. L’historien présent à la projection (celui du documentaire) a ajouté que des études des fratries avaient montré que les ainés étaient plus grands (en moyenne…) que les suivants.

Perspective intéressante de PHG : il faut se battre contre l’envie qu’on a de penser que la nature est bien faite, et ne pas être tenté de justifier l’évolution par l’idée que ce qui est sélectionné est toujours plus adapté. Et quand une spectatrice a commencé à faire appel à la testostérone pour expliquer les grandes tailles des hommes et que cette testostérone était aussi responsable de meilleure qualité de sperme, et que donc les femmes choisissaient le meilleur reproducteur, que bon bref, c’était les hommes qui disposaient et les femmes qiu choisissaient, il a dit, un chouïa agacé (en substance) : « Les systèmes de genre, comme systèmes sociaux, sont inégalitaires, les hommes n’ont pas besoin de la testostérone pour imposer leur domination ». La réponse de Catherine Vidal, neurobiologiste de l’Institut Pasteur est aussi éclatante (en substance) « Dans le monde, (et dans l’histoire) on ne peut pas vraiment dire que les femmes choisissent avec qui elles ont des enfants, une réalité très courante, ce sont quand même les mariages arrangés. »

PHG a rappelé que si dans nos sociétés, les hommes ne veulent généralement pas d’une femme plus grande qu’eux, les femmes ne veulent pas non plus d’homme plus petit qu’elles. Ces choix sont donc désormais complètement internalisés. Et ce, dès le plus jeune âge. J’ai 2-3 copines qui sont assez grandes, elles excluent de se mettre avec un garçon plus petit qu’elles…et se plaignent en même temps d’avoir par là-même un choix plus réduit de garçons potentiels, comme sans se rendre compte qu’il s’agit d’un choix et non d’une interdiction. De même, j’ai 2 copains assez petits, et ils se plaignent d’avoir un choix réduit de filles. Dommage :). Je me moque un peu mais j’avais eu un léger choc quand j’ai appris que mon père était plus petit que ma mère (je ne les avais jamais vus ensemble). Ce qui explique sans doute au passage pourquoi je suis plus petite que ma mère, ce qui m’a toujours paru une injustice parce que je pensais que chaque génération était (en moyenne) plus grande que la précédente. D’abord, il s’agit de moyennes populationnelles (ça ne dit rien sur les individus, mais que des probas), et d’autre part, c’est pas toujours vrai ni partout. Je vis soudain bien mieux ma petite taille.

Bon alors comment on corrige tout ça ?

Il faut comprendre qu’aujourd’hui, ce ne sont plus les inégalités alimentaires qui entretiennent l’inégalité de taille entre hommes et femmes, mais le choix des partenaires. Voir les articles de psychologie évolutionniste sur le sujet. Les femmes petites étaient sélectionnées sur leur plus grande capacité d’adaptation à la restriction alimentaire, et ce plus fortement que la contre-sélection qui s’exerçait sur elle par la mortalité à l’accouchement.

Ce qui veut dire aussi que si on arrête là tout de suite de mal nourrir les filles et les femmes (on a vu que ces pratiques sont encore courantes), la taille des filles ne se mettrait pas à grandir de façon mécanique, même en appliquant ce régime sur plusieurs générations. Pour inverser la tendance, il faudrait à nouveau contre-sélectionner les petites (elles le sont moins avec la césarienne, et la médicalisation des accouchements) et/ou sélectionner les grandes, et cela pourrait se faire, par exemple, si les petites font moins d’enfants que les grandes, mais aussi sélectionner les petits hommes et/ou contre-sélectionner les grands (il faudrait que les petits aient plus d’enfants que les grands porteurs des gènes de grands). Tout ça marche très bien si des couples où la femme est plus grande que l’homme se mettent à faire plus d’enfants que les autres. Vous voyez ce qu’il vous reste à faire. Ou pas.

Puisque tout ça est si politique, quelqu’un a demandé si au cours de l’Histoire on n’avait jamais observé une société où les femmes seraient plus grandes que les hommes, par exemples chez les Amazones, archétype de la société matriarcale dans la tête des gens17. D’une part, on manque de données, surtout pour les femmes. D’autre part, ça serait difficile à « voir » car la différence entre les hommes et les femmes est de 10 cm en moyenne, et la variation observée des tailles est justement de +/- 10 cm. Dommage.

Prendre conscience du monde, regarder autour de soi

La réalisatrice a dit qu’à l’occasion de ce travail elle s’était rendu compte qu’elle avait parfois donné plus à manger à son fils qu’à sa fille, quand ils étaient petits. On ne se le dit pas explicitement, mais bon, en gros, « tout le monde sait » que les garçons ont plus de besoins. Et puis on fait comme on a vu chez sa mère, et elle faisait comme chez sa mère, etc. Et hop, le tour est joué !

Chez mes grands-parents maternels à Istanbul, dans une bonne famille bourgeoise, j’avais remarqué quand j’étais petite, et un peu choquée18, que ma grand-mère servait mon grand-père en premier (et l’appelait Pasha, aussi). La réalisatrice a dit que c’était pareil chez ses grands-parents (mais j’ai oublié où en France).

Cette discussion m’a permis de me rendre compte que quand je recevais des garçons à manger, je m’inquiétais toujours plus d’avoir assez à manger pour eux, combien de fois n’ai-je pas pensé (explicitement, pour le coup) « Ouh là je vais avoir de jeunes garçons à nourrir, c’est les pires, ils mangent comme des loups affamés, et ils en ont besoin, ils sont en pleine croissance ». Je ne me suis jamais dit ça pour une femme enceinte ou allaitante, ou une femme tout court qui doit stocker quelques graisses pour tenir le coup.

Que le premier qui n’a jamais été témoin/acteur de ce genre de comportements me lance la 1ère pierre.

La recherche au cinéma

Un ami m’a dit qu’il avait senti que les chercheurs dans le film semblaient parler de choses pas complètement établies, certaines, comme si c’étaient des choses sur lesquelles ils étaient à peine en train de bosser. Très intéressante remarque. Moi, convaincue depuis 2006 quand j’ai écouté Priscille Touraille dans un séminaire juste après sa soutenance de thèse, je n’ai vu que des chercheurs d’autres disciplines « convoqués » dans le film pour appuyer ce qu’elle dit, passant complètement à côté des hésitations que cet ami a perçu chez des chercheurs devant une hypothèse si audacieuse…mais si bien démontrée. Jusqu’à preuve du contraire, hein. Bel exemple de documentation d’un travail de recherche en train de se faire, c’est trop rare !

Quelques remarques formelles

[FORME] La voix off est celle de Sophia Aram, qui ne peut s’empêcher de minauder, faut pas être allergique. Peut-être un choix fait pour renforcer le pari de faire rire avec un documentaire scientifique ? Je pense qu’elle sert très bien le film, sans parler qu’elle est connue, et que ça peut aider aussi.

[FORME] Les interviewés sont présentés avec l’affichage de leur Prénom Nom, métier et… taille !! Par exemple, ça donne Bidule Chose, endocrinologue, 1m70. Ça fait beaucoup rire dans la salle, et c’est bien vu19.

[FORME] Le film contient plein d’extraits de vieux films (parfois je me suis demandé si c’était pas des faux vieux, mais bon), de vielles photos mais aussi des animations en 3D (accouchement, passage de squelette de singe à squelette d’humain), et aussi des illustrations « à l’ancienne » (je ne sais pas comment les décrire). Plein de photos de couples contemporains, parfois animées (vidéos). Très bien fini, agréable à regarder, on ne s’ennuie pas un instant sur ces 53 minutes de science.

Râler pour râler

[FORME] Le générique passe à une vitesse vertigineuse, absolument impossible d’en lire un seul mot. On m’a dit que c’était parce que c’était « limité à 30 secondes par ARTE ». Alors ça sera ralenti dans le DVD, m’enquis-je ? Non, et on qu’on a qu’à utiliser le bouton pause. Okay. En 2014. Bon.

[FOND] Assez au début du film, quand on se demande si la variation de taille pourrait être expliquée par l’environnement, il est dit un truc du genre qu’on a absolument besoin de certaines protéines qui ne se trouvent que dans la viande, le lait, les œufs. Bref, les protéines animales. Les végétariens militants [màj 26/01/2014 : et surtout les végétaliens] qui affirment le contraire apprécieront. Quant à moi, je n’ai jamais trop su qu’en penser, même si j’ai tendance à croire que les protéines animales sont mieux assimilées, donc plus utiles sur le plan nutritif. À creuser, un jour, peut-être.

[FORME] J’aurais bien aimé voir les dates sur les documents d’archives, dans un coin. J’imagine que c’est à l’image de ces éditeurs qui refusent les notes de bas de page, aussi fou que cela puisse paraître, parce que ça ferait intello/lourd/académique/whatever. Mouarf.

Liens utiles

Pour aller plus loin

http://en.wikipedia.org/wiki/Height_discrimination et sur http://en.wikipedia.org/wiki/Human_height

  • J’ai de gros doutes sur l’intérêt, mais bon, le film a sa page FB

Autour du film, à la radio et à la télé

——–

je vais compléter/corriger certains éléments de l’article quand j’aurai l’occasion de revoir le film

——-

Fiche technique du film

RÉALISATION : VERONIQUE KLEINER, CONSEILLER SCIENTIFIQUE PRISCILLE TOURAILLE (CNRS / MNHN)

PRODUCTION : POINT DU JOUR / PICTA PRODUCTIONS / ARTE FRANCE / CNRS IMAGES / CNDP AVEC LA PARTICIPATION INSERM

ANNÉE 2013 DURÉE 52’Résumé : Partout dans le monde, les femmes sont en moyenne plus petites que les hommes. Il y a pourtant des espèces animales où les femelles sont plus grandes que les mâles. Le dimorphisme sexuel de taille comme l’appellent les scientifiques n’est pas toujours celui qu’on croit!  Alors dans notre espèce, la plus grande taille des hommes est elle une nécessité naturelle? Pour répondre à cette question, ce film mène l’enquête dans différents domaines scientifiques de la génétique à l’histoire, la biologie de l’évolution, l’ethnologie et l’anthropologie. Les données de paléoanthropologie, d’obstétrique et de nutrition éclairent de façon inédite les contraintes évolutives spécifiques aux femmes. Il apparaît qu’en terme d’évolution, les femmes ont avantage à être grandes. Ce qu’elles ne sont pas. Pourquoi ?Intervenants scientifiques français du documentaire :
Jean-Claude Carel (Hôpital Universitaire Robert Debré) | Service d’endocrinologie pédiatrique (Inserm)
Françoise Héritier (Collège de France) | Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS – Collège de France / CNRS / EHESS / EPHE), Paris
Nicolas Herpin (CNRS) | Observatoire sociologique du changement (OSC – CNRS / Science-Po Paris)
Laurent Heyberger (UTBM) | Laboratoire de recherche sur les choix industriels, technologiques et scientifiques (RECITS – Université de Technologie Belfort-Montbéliard)
Sandrine Meylan (Université Paris Sorbonne), Tom Van Dooren (CNRS) | Ecologie et évolution (CNRS / UPMC / ENS Paris)
Priscille Touraille (CNRS) | Eco-Anthropologie et ethnobiologie (CNRS / MNHN), Paris
note : Liste récupérée sur mailing d’annonce du film. Et quid des chercheurs non-français ? Drôle de façon de catégoriser les gens quand il s’agit de recherche et de documentaire…Pire, dans un mail équivalent fait par le CNRS, seuls les chercheurs CNRS sont cités.

FAQ sur le film

Après avoir vu le film, il vous reste des questions ? Vous n’avez pas tout bien compris le raisonnement et avez la flemme de lire la thèse, ni même le livre de Priscille Touraille ? Voilà la FAQ qu’il vous faut ! Questions sur Twitter avec #femmespetites

——–

Notes
  1. Ou Pioneer ? []
  2. Ref needed [] [] [] [] []
  3. 1m58 []
  4. Mais la taille est purement déclarative, sur les passeports en France, non ? Faudrait voir depuis quand… []
  5. Les données viennent de GB parce qu’ils ont une « tradition populationnelle », ce qui fait qu’ils sont aussi forts en épidémiologie, par exemple ? #HypothèsePersonnelle []
  6. Je ne sais pas si ce genre de phrases parle aux non-biologistes ? []
  7. On dit femme et homme chez les humains, et femelle et mâle chez toutes les autres espèces vivantes sexuées. En anglais male et female s’utilisent aussi bien chez les humains que les autres espèces vivantes. []
  8. En hommage à Arnold Layne des Pink Floyd []
  9. Le film ne précise pas lesquels, et je ne fais pas la recherche pour le préciser :) #TeamParesse  []
  10. Whatever it means []
  11. D’après Urban Dictionnary, « 6 feet tall » est aussi utilisé pour dire de quelqu’un qu’il est adulte. Voir aussi toutes les occurrences de « perfect » avec « 6 feet », comme dans le ndd de ce site, et les discussions sur si untel est plus grand ou plus petit que 6 feet []
  12. Evidence of unconstrained directional selection for male tallness []
  13. Je devrais y penser plus souvent et limiter un peu mes rations, d’ailleurs, on ne sait pas ce que l’avenir me réserve []
  14. À ce sujet, je vous conseille de lire sur la maladie aussi bien que sur son principal investigateur, le pédiatre puis chercheur américain Gajdusek, premier Prix Nobel à côté duquel j’ai déjeuné (lors d’un colloque à Pasteur, quand j’étais en thèse sur le sujet)…condamné par ailleurs pour abus sexuel sur mineur. Très impressionnant, croyez-moi []
  15. Ok, il n’y a plus de place pour une biologie non évolutionniste depuis Darwin, mais les différentes branches de la biologie sont plus ou moins imprégnés de raisonnements évolutionnistes []
  16. Je parle de moi, donc []
  17. Un jour je m’y intéresserai []
  18. Ou plutôt amusée tellement je trouvais ça énorme []
  19. La 1ère apparition de Priscille Touraille est sans nom…parce qu’on est avant le générique. Paraît que c’est une pratique codifiée des documentaires. []

Que se passe-t-il en Turquie depuis le 17 décembre 2013 ?

Plutôt que de remettre à jour ma sélection de liens et de sources entre mai et juillet 2013, voici de nouveaux liens/articles/etc.

Ce qu’il s’est passé depuis le 17 décembre 2013 : chronologie

Dans les très grosses lignes, pour faire simple (et rapide).

[Mardi 17 décembre] [Début de la crise actuelle] Des policiers ont débarqué chez une cinquantaine d’hommes d’affaire et les fils de 3 ministres. Ils ont “découvert” (mise à jour samedi 28 déc.) chez Süleyman Aslan, le directeur général de Halkbank, une importante banque publique (qui est une des 2 habilitées à envoyer de l’argent vers l’Iran, voir l’explication du montage compliqué ici) des grosses sommes d’argent dans des boîtes à chaussures. Pas moins de 4,5 millions de Dollars. Pas mal, hein ?

[Semaine du 17 au 24] [Erdogan, la riposte] La défense (attaque) du premier ministre (PM) R.T. Erdoğan (RTE) a été double :

  1. Déclarer que c’est un complot international et/ou le coup d’un État dans l’État“a movement with branches in Turkey. I will not discuss their identity. You all know who they are” et
  2. Virer tous les flics en charge du dossier mais surtout le procureur qui donnait les ordres, procureur de la République (il y en a un seul tout en haut en Turquie ??) [help welcomed]. La purge a concerné des centaires de policiers, dont de très hauts placés, soupçonnés d’être proches du mouvement Gülen. D’ailleurs RTE était très fâché que les policiers aient fait des actions sans le prévenir. Qu’on s’organise, quoi, bon, c’est vrai.

Par État dans l’État il désigne les hommes de Fethullah Gülen, “une confrérie musulmane” très particulière (voir les articles de fond ci-dessous). Depuis, tous ces discours accusent la justice de vouloir trop d’indépendance, voire de vouloir écraser le politique/l’exécutif. La séparation des pouvoirs, c’est pas son fort, il faut dire.

Par complot international, il vise en général Israël, les États-Unis, etc. Usual suspects.

[Samedi 21 décembre] Rassemblement à Kadiköy (Istanbul). Prévue avant les événements, la manifestation  concernait la défense d’Istanbul, des espaces verts, des logements sociaux, de préserver les quartiers d’une gentrification forcée etc. Mais évidemment les slogans et les boîtes à chaussures font référence au récent scandale.

[Mercredi 25 décembre] Deux des 3 ministres (Ministre de l’économie Zafer Caglayan, Ministre de l’intérieur Muammer Güler) dont les fils sont directement impliqués dans les affaires de corruption ont démissionné. Le 3ème (Erdogan Bayraktar, le plus proche du PM) ne l’a fait que quelques heures plus tard, sous la pression du premier ministre dit-il, et en précisant que le PM aussi (surtout ?) devrait démissionner. Choquant.

[Jeudi 26 décembre] [Le procureur en charge du dossier corruption est viré] Le procureur Muammer Akkaş a fait une déclaration écrite à la presse, que la justice était sous pression, que des preuves étaient dissimulées/détruites (à cause de fuites organisées vers la presse), que ses ordres (de réquisition, d’arrestations, etc.) n’étaient pas appliqués par la police, et…qu’il était viré ! Le dossier de corruption est ainsi passé dans les mains du  procureur général d’Istanbul (Başsavcı) Turan Çolakkadı. Ce dernier s’est empressé de dire à la presse que M.Akkaş racontait des bobards, et qu’aucun des 200 procureurs du rang de Akkaş ne pouvait ouvrir de procédure sans en référer à lui. Bonjour l’ambiance chez les procureurs.

[Jeudi 26 décembre] [Remaniement ministériel] Le PM remplace 10 ministres, soit le tiers du gouvernement.

Le fils du PM aussi est recherché. Mais introuvable. #Wokay.

[Vendredi 27 décembre] Réunion et déclaration du Hakimler ve Savcılar Yüksek Kurulusorte de haute cour des juges et des procureurs (22 membres) dont le président est le ministre de la justice : la justice n’est plus indépendante, ça va pas du tout. En gros. Réponse du PM, en substance : “Si j’en avais les moyens, je jugerai cette cour car elle a commis une grosse faute. Alors qui va la juger ? Le peuple va la juger !” Tout va bien.

(mise à jour dimanche 29 déc.) “Annulation par le Conseil d’État du décret qui met fin au secret de l’instruction” (France Culture).

[NOUVEAU] Mais alors pourquoi tout ça maintenant ?

Alors que l’AKP, parti au pouvoir, et le mouvement de Gülen étaient en bons termes et faisaient (voir le soutien de Gülen à l’AKP lors des élections depuis 2002), pourquoi ce soudain revirement ?

Deux principales hypothèses sont avancées par les observateurs, comme on dit.
1. Le gouvernement AKP vient de signer en mars 2013, un cessez-le-feu avec le PKK, bras armé du mouvement kurde, mettant fin à une guerre de près de 30 ans. Le mouvement de Gülen, plus nationaliste (ou pour une autre raison ? Les différends entre Gülen et Erdogan ne sont pas clairs pour moi), s’est montré critique contre ces accords, voire s’y oppose. A donc ainsi montré son désaccord en mettant le gouvernement dans l’embarras.
2. Le gouvernement a récemment entamé une procédure visant à la fermeture des dershane, écoles privées de préparations aux examens nationaux [mais pourquoi ?], or ces écoles sont largement détenues par le mouvement Gülen et constituent donc une source de financement importante pour eux. De la même façon que dans la 1ère hypothèse, ils auraient voulu montrer leur force.

Pour suivre en direct le soir du 27 décembre 2013

  • Livestreams :

http://www.livestream.com/revoltistanbul

[TR] http://www.halkizbiz.com/gundem/istanbullular-yagmaya-talana-karsi-yeniden-taksimde-h6080.html (live + actus en direct)

[TR] http://www.livestream.com/revoltistanbul

[TR] Hürriyet http://webtv.hurriyet.com.tr/hurriyettv-canli-yayin.aspx

[TR] Capul TV http://capul.tv/ (ça parle beaucoup en turc) (il faut cliquer sur le lien en haut à gauche de l’écran noir, sous Mac, ça lance QuickTimePlayer…)

  • Les comptes Twitter :

[TR] @15MBcn_int (photos de la manifestation)

[TR] @sendika_org (et notamment les photos : https://twitter.com/sendika_org/media)

[TR] @TaksimDayanisma, “Solidarité Taksim”, le compte officiel de la coordination de 128 assos  structures organisatrices des manifs depuis mai ; ont appelé à un rassemblement à 19h ce soir à Taksim “pour user de notre droit démocratique à faire une déclaration de presse pacifique et publique contre les pillage, la corruption, les saccages, la violence” (traduction à la volée par moi) :

Puis, devant la violence de la répression policière à l’accueil des premiers arrivants, ont déclaré (via Twitter) qu’aucune déclaration ne serait faite avant la fin de la violence policière :

Puis ont rappelé que “l’article 34 de la Constitution turque permettait à quiconque de se réunir et de manifester, sans autorisation préalable, sans armes et sans violence” :

[TR] @TaksimGeziParki koruma ve güzellestirme dernegi

[TR] @ayagakalktaksim qui veut littéralement dire “Lève toi Taksim”, “un des comptes principaux de la résistance, ne publie aucune info non certifiée” (pas mal de photos)

  • Les hashtags à suivre

#direngeziparkı #occupygezi #direntürkiye #Taksim #Istanbul  #occupyIstanbul #OccupyTurkey

  • Facebook :

[TR] https://www.facebook.com/www.sendika.org

Articles de fond en relation avec les récentes affaires

[FR] Entre mysticisme et politique, le mouvement de Fethullah Gülen en Turquie par Bayram Balci, le 25 octobre 2013, sur le site du CERI de Sciences Po, clair malgré quelques fautes de français http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/entre-mysticisme-et-politique-le-mouvement-de-fethullah-guelen-en-turquie

[EN] Fethullah Gülen’s Hizmet movement http://www.bbc.co.uk/news/world-13503361

[FR] Qu’est-ce que la néo-confrérie Gülen, Etat dans l’Etat turc, et épine dans le pied d’Erdogan ? par Ariane Bonzon, journaliste, le 23 décembre 2013  http://www.slate.fr/story/81495/gulen-etat-turquie-erdogan

[EN] The Filth in Erdogan’s Closet, by Andrew Finkel, 27 dec. 2013 http://mobile.nytimes.com/2013/12/28/opinion/the-filth-in-erdogans-closet.html?from=opinion

Articles d’informations/reportages

[EN] Turkey fraud probe: Tip of the iceberg?, 27 dec. 2013 http://www.aljazeera.com/programmes/insidestory/2013/12/turkey-fraud-probe-tip-iceberg-2013122773052727565.html

[EN] Corruption Scandal Is Edging Near Turkish Premier, by Tim Arango, 25 dec. 2013 (complet, long)  http://www.nytimes.com/2013/12/26/world/europe/turkish-cabinet-members-resign.html

[FR] [radio] La matinale de Marc Voinchet sur France Culture du lundi 30 décembre portait notamment sur les récents événements en Turquie, avec la participation de Dorothée Schmid et Jean-François Bayart. À écouter ici ( 7h40/7h56) et ici (8h19 et 8h30) (et entre les 2, le très contournable Brice Couturier qui explique en quoi le modèle turc a du plomb dans l’aile)

Merci à @SamyRabih pour sa précieuse aide pour rassembler ces liens et me soutenir le moral à distance.

Suivre

Recevez les nouveaux articles par mail

Abonnez-vous :