Une rupture de plus : le procès des policiers #ZyedEtBouna

Un choc pour moi. Un sentiment d’isolement (un de plus) avec des gens que je fréquente par ailleurs, sur Twitter ou ailleurs… Une rupture de plus, pour la France, et de moi avec le monde…

Éclipse du 11 août 1999 : que faisiez-vous ce jour-là ?

Nous avons raconté une jolie histoire collective avec nos souvenirs du 11 septembre, et comme ces jours-ci, on parle beaucoup de l’éclipse (partielle) du soleil à venir vendredi, je me suis souvenue de celle de 1999…ou plutôt celle d’un été il y a de nombreuses années, mais je n’aurais su la dater aussi précisément…1999, peut-être, car je me souviens m’être racontée des bêtises superstitieuses après le violent tremblement de terre quelques jours plus tard à Istanbul ((en fait il a été bien plus mortel hors d’Istanbul, mais dans ma tête, parce que j’y étais, c’est le tremblement de terre d’Istanbul)); mais j’aurais été incapable d’en donner le jour précis. Donc, une première différence avec le 11 septembre. Mais est-ce que le 11 septembre, n’est pas devenu le 11 septembre parce que les Américains ont fait une date icônique du nine-eleven ?

J’étais à Istanbul comme souvent pour les “grandes vacances”, entre ma maîtrise de bio et mon DEA de bio, un été un peu glauque où j’avais appris le cancer de mon père “adoptif” qui refusait de se soigner (il est mort en octobre), où j’ai fait une “croisière” en bateau dans le sud de la Turquie (…), et où je n’avais pas eu le courage d’aller jusqu’à Zonguldak où je savais pourtant que l’éclipse allait être totale, parce que c’était une ville qui dans ma tête ne me faisait penser qu’aux mineurs et aux explosions de grisou de mon enfance1, Zonguldak qui est sur le bord de la Mer Noire, à seulement 150 330km2d’Istanbul, mais je me voyais mal débarquer dans une ville minière seule, je ne pense même pas que j’avais des lunettes spéciales (en tout cas je ne me souviens pas de l’achat ni de l’usage). J’ai regretté de ne pas y être dès le matin du jour de l’éclipse, où j’ai soudain réalisé que c’était trop bête, et pas si compliqué. Et j’ai été complètement achevée quand j’ai su que l’Observatoire de l’Université de Boğaziçi s’était “déplacée” ce jour-là à Zonguldak, point le plus proche d’Istanbul où l’éclipse était à 100%. Ma vie est (aussi) une somme d’hésitations, de flemmes, de ratages et de regrets.

Capture d’écran 2015-03-19 à 10.09.12

Donc bref, voilà pourquoi je me retrouve à Istanbul ce jour-là, et je me trouve sur la Place de Taksim (celle-là même des événements de juin 2013), au coin de la rue Osmanli (qu’on appelle communément Kazancı Yokuşu, notamment quand on parle du massacre de la place Taksim le 1er mai 1977, jamais compris…), peut-être parce que je sors d’un cours de gym dans le feu centre Vakkogym (locaux désormais occupés par TeknoSA)…

Capture d’écran 2015-03-19 à 00.28.31

Je me souviens d’une belle journée ensoleillée, et à l’heure fatidique, une étrange baisse de la luminosité, qui ne ressemblait ni au passage d’un nuage, ni au coucher du soleil, accompagnée d’un rafraichissement soudain de l’air, une atmosphère très bizarre sur la place, comme si tout les piétons((la place était encore très motorisée à l’époque) était au ralenti, à essayer de profiter de ce moment. Je ne me souviens pas d’oiseaux qui auraient arrêté de chanter : je ne suis même pas sûre qu’on entende les oiseaux (les pigeons et tourterelles) chanter en temps normal sur cette bruyante place. Je ne me souviens pas non plus avoir été entourée de gens qui avaient des lunettes : je les aurais sans doute empruntées ?

Aujourd’hui je n’arrive pas à retrouver le % de l’éclipse, mais c’était dans les 95 à 98% il me semble (et 2% de Soleil suffit largement à éclairer une ville, il n’a pas fait nuit, ni même presque), mais en recherchant l’info sur internet, je tombe sur plein de sites qui citent les astrologues : attention au risque de tremblement de terre violent dans les jours suivant l’éclipse, comme en 1999. Quel métier d’utilité publique:)

Si je vous raconte tout ça, c’est juste un prétexte pour vous demander de raconter votre dernière éclipse solaire !
PS. Oui le plugin de notes de bas semble cassé, on s’en occupe demain:)

Tweets pendant que je rédigeais l’article…et après…:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes
  1. en fait, j’ai sans doute inconsciemment aussi été marquée par les grandes grèves et marches de 1991 []
  2. j’ai toujours pensé que c’était à 150km d’Istanbul, ce qui rajoutais à ma déprime de ne pas avoir eu le courage d’y aller ce jour-là []

Mes bonnes adresses à Paris : une carte pour vous

je me demande soudain pourquoi je n’ai jamais pensé à publier ça ici plus tôt…bref, maintenant, c’est fait, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas où manger ou acheter des chaussures à Paris.

(bien sûr l’idée, depuis que j’en ai entendu parler pour la 1ère fois, est de migrer sur OpenStreetMap, mais voilà, je procrastine)

Mon commentaire sous l’article “La suite” de Daria Marx sur l’antisémitisme

Daria Marx (pseudo) a publié un des plus clairs articles sur l’attentat antisémite de vendredi 9 janvier 2015 à Vincennes (ou porte de Vincennes), le lendemain. On m’a signalé l’article le 12, j’y ai soumis un commentaire, et en parallèle1, je l’avais enregistré car je sais que les blogs ne te recrachent pas ton commentaire quand il n’est pas validé par l’admin. Comme il n’a pas été validé, je le publie ici2.

La phrase “Il faudra supporter que les vies enlevées à Vincennes sont moins glorieuses que celles enlevées à Paris.” entre en résonance chez moi avec la très grande différence de perception et accueil réservé aux rescapés juifs des camps de concentration et d’extermination par rapport aux héroïques prisonniers à leur retour à la Libération. Très bien raconté par Virginie Linhart dans La Vie après que je vous recommande vivement (livre). Et le docu qui va avec : http://www.ina.fr/video/4173099001.

Merci et bravo pour cet article qui me touche beaucoup (sauf la partie sur Charlie que je lisais depuis 20 ans malgré des coups de colère à partir de 2012-2013), encore une fois : droit dans le mille.

Par ailleurs, pas rancunière pour une fois, j’ai fait la promo de l’article, car il le mérite, il ne faut pas juger la littérature au caractère, parfois de cochon, de leurs auteurs :

Et

Et enfin

Notes
  1. cette personne, qui écrit terriblement bien sur son blog, est aussi très agressive sur Twitter, et elle m’avait agressée violemment plus d’une fois et bloquée, donc j’ai pris mes précautions. C’est triste, mais le monde est ainsi fait, notamment rempli de gens qui se trompent de cible…Tous (il manque celui de ce matin, je ne comprends rien…) mes tweets la mentionnant, d’après les archives de Twitter []
  2. genre il est trop trop essentiel []

Istanbul Feminist Collective à Erdoğan : “We do not care about fıtrat !”

ça tourne actuellement par mail, je ne vois pas de site où c’est publié1, alors je décide de le publier

Erdoğan is right! We do not care about fıtrat2 !

One day before 25 October Erdoğan made a statement about the difference of nature or disposition (fıtrat) between women and men. Previously, he had stated that he did not believe in equality between women and men due to their dispositions. We replied to this statement by saying that “the more you tell us not being equal with men, the more we get killed.”

On the International Day for the Elimination of Male Violence against Women we have a lot to say about what we have gone through in the last twelve months. Erdoğan’s words one again clearly depict what we are living in.

By using the term fıtrat Erdoğan naturalizes gender roles as if these were an unchangeable law. According to this, women are supposed to get married, do the housework, bear children, and carry out child and elderly care. Also, women are expected to join the labor market only through jobs that fits them, that is jobs that are ‘feminine’, preferably part-time, flexible and insecure.

Male violence against women is the outcome of actual inequality between genders. Men apply violence to women to control women’s bodies, labor, and identities and to consolidate their authority. There are many forms of violence: Men slap us, kick us, humiliate us, and forbid us to work, harass us verbally, rape us, and hinder our success at work. Violence sometimes starts with a slap, at other times with a humiliation or a simple “I don’t want you to see those people” and sometimes ends with the killing of the woman.

Once the gender roles are fixed, it is forbidden to leave the marked territory. By offering fıtratas an excuse in a country where femicide is a daily routine, Erdoğan becomes the perpetrator of women killings. He legitimizes the punishment and the killing of women.

It is this very state which insists on fıtrat, protects the family rather than the women with its showpiece laws, looks for the consent of women in cases of rape, releases verdicts of “unjust provocation” and supports the ISIS which has given a rape fetwa against women.

Erdoğan is right. We do not care about fıtrat. We reject the gender roles imposed on us by the patriarchy. We do not think that we have to bear children simply because we can. Nor do we think that we should carry out child care once we have. We know that family is not the only means to exist and different solidary forms are possible. We never lose our faith in a world where women and men are equal. We fight for equality, justice, and freedom.

The only way to achieve real justice, not male justice, is equality. It is obvious that the statements and policies which are based on the idea that women and men cannot be equal represent an attack on women’s freedom. Therefore, we make a call for more women’s solidarity and organized struggle against the policies of the President Erdoğan and the AKP which sharpen gender inequality.

Long live our feminist struggle!

Istanbul Feminist Collective (feministler chez gmail point com)

Notes
  1. publié sur Facebookhttps://www.facebook.com/istanbulfeminist/posts/376961839135125 []
  2. An Arabic word with Islamic roots which describes the ‘pure’ and ‘natural’ human disposition. []

Polars à lire : vous me conseillez quoi ?

J’ai réalisé il y a peu, après plus de 30 ans de lectures diverses, qu’en fait ce que j’aime vraiment lire, ce sont les polars.

À l’école/collège/lycée (donc au CDI !), j’ai lu beaucoup d’Agatha Christie, et un peu plus tard, beaucoup de Sherlock Holmes / Conan Doyle, puis, convaincue (par qui ?) que ce n’était pas de la grande littérature, mais pas que pour ça, je me suis détournée des polars. En passant à côté de grands classiques, et de contemporains.

Pendant plus d’une décennie (20 ans-35 ans, en gros), j’ai affirmé ne lire presque que des essais, et très peu de fiction. Dans essais, je mets tous les livres de socio-philo-histoire des sciences, des livres politiques, des livres de socio-philo-SHS, etc.). La proportion de livres chez moi le prouve toujours. Je ne garde d’ailleurs que très peu de livres de fiction : ceux que je n’ai pas encore lus (souvent offerts), et ceux que je veux vraiment garder après les avoir lu car j’y tiens (soit parce qu’offerts/dédicacés soit parce que lu avec émotion/plaisir) : Dürrenmatt, Kafka, Kundera1, Beckett, Duras, Dahl, Gavalda, Auster (quasi polars !), Schlink (polars !), Vargas (polars!)…

Et soudain, cet été, après avoir enchainé depuis la rentrée dernière, avec bonheur et donc vitesse (alors que je lis très lentement) 2 polars de Vargas et 2 de Philip Kerr (prêtés par une copine qui a décidé que c’était pour moi, et elle a visé juste), et m’étant ennuyé à mourir sur 2 livres qui me sont tombés des mains (Vendredi de Heinlein, offert par l’ami Jean-No dans le cadre de la touchante opération “Il faut faire une culture SF à Elifsu, c’est plus possible autant de lacunes” lancée sur Twitter par je ne sais plus qui ; My fist Sony de Benny Barbash, j’ai compris, soudain, qu’en fait, mon truc, c’est les polars. Alors pourquoi se faire du mal avec autre chose ?

Alors, vous me conseillez quels polars ?

1ères réponses reçues sur Twitter, sous un angle particulier de chercheurs-publiant-des-polars-qu’il-faudrait-lister-un-jour, en partant de mon ami de prépa Colin Niel, à mon échographe Eric Nataf, et je viens de découvrir Vincent Boly parce que 3, c’est déjà une foule !

 

 

Notes
  1. erreur de jeunesse, à mon avis, mais bon, pas encore décidée à les virer []
Tagué

Lady s’en va…(“Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé”)

Lady s’en va, mais tout doucement, tranquillement, comme elle a toujours semblé glisser sur la vie, à pas de loup.

Depuis le 30 juillet dernier, je sais qu’elle ne verra pas l’hiver prochain, peut-être même pas l’automne ni même la fin de l’été. Elle a 17 ans et demie, donc ce n’est pas une surprise. Elle a une insuffisance rénale grave, donc elle est condamnée, en sursis. Mais tout être vivant est condamné à la mort dès le jour de sa naissance, non ? On le sait depuis presque toujours, et en même temps, on vit presque chaque jour comme si on ne savait pas. Comment pourrait-on vivre si on se souvenait à chaque instant que nous allions mourir, pas forcément voir la fin de la journée ou ne plus jamais revoir quelqu’un qu’on vient de quitter au coin de la rue ?

On vit donc tous dans un oubli sain. Mais parfois la vérité vous repète à la gueule quand vous ne vous y attendez pas, quand vous aviez presque réussi à croire à votre propre aveuglement.

IMG_20140826_163451

Lady dort, et c’est le seul moment où je me sens un peu apaisée en ce qui la concerne…

Lady a faim, elle réclame à manger comme elle n’a jamais réclamé. Elle me le fait très bien comprendre, sans parler ni même miauler. Elle fait des aller-retour incessants à la cuisine, là où se trouvent les gamelles, là où s’ouvrent les boîtes de thon, de là où tombaient des morceaux de jambon ou de beurre. Mais Lady ne mange presque pas, alors elle maigrit à vue d’œil, il ne lui reste que les poils sur les os. Heureusement qu’elle a beaucoup de poils, je n’ose pas imaginer ce que ça serait sans les poils, une peau quatre tailles au dessus de ce squelette. Depuis hier je sais que si Lady ne mange pas, c’est parce que l’intoxication de son sang lui donne la nausée, alors elle a faim, elle essaye de manger, mais la nausée prend le dessus, et elle est obligée d’arrêter. Mais elle retente 5 minutes après, parce qu’elle a faim. C’est terrible de le savoir.

J’ai toujours dit que je n’étais pas SI attachée à Lady, soit parce que je l’avais eue sur le tard, pas vue bébé, soit parce qu’elle n’est pas très câline, un vrai chat, elle ne vient que si elle veut, et puis part brusquement. Parfois, elle pouvait même lancer un petit coup de patte pas très gentil. Et puis je n’aime pas spécialement les chats de race, les siamois qui ont cet air si froid et méprisant. J’ai aussi toujours trouvé que Lady avait un air mélancolique, donc ce n’était pas un chat que je pouvais passer des heures à regarder, magré ses sublimes yeux bleus. De toute façon, elle faisait sa vie, la plupart du temps sur la freebox, puis sur la Bbox quand j’en ai changée mais mise au même endroit sous le canapé noir du salon. Venait parfois sur mon lit, au pied, ou sur mon dos, pas très confortable.

Et pourtant le départ de Lady me rend extrêment triste. Je n’aime pas me sentir impuissante. Je n’aime pas changer mes plans de vacances ou de sorties en fonction d’elle, mais je n’envisage pas de faire autrement, je ne peux la laisser miauler de faim ou de sénilité, je dois faire le maximum pour la rassurer et pour faciliter ses derniers jours. Lady semble errer dans l’appartement, perdue, hagard, a faire des aller-retour répétés aux mêmes endroits. Elle perd un peu l’équilibre (par exemple quand elle s’ébroue). Elle a l’haleine qui sent l’urine. Ma seule angoisse, c’est est-ce qu’elle souffre et comment est-ce que je le verrai à temps ?

Quand on a récupéré Lady de la maison de retraite où elle avait accompagné sa maîtresse, mais qui ne voulait plus d’elle parce que la maitresse perdait la tête et ne s’en occupait plus bien, mon copain a trouvé le nom “Lady” ridicule et a décidé de l’appeler Milady. Sauf que Lady reconnaissait son prénom (elle tournait la tête et/ou bougeait les oreilles), et qu’elle n’a jamais appris Milady (3 syllabes ? Pas assez utilisé par nous, moi j’appelle mes chats “chat” ou “bestiole” ou “kedi” ou “hayvancagiz” mais pas par un nom propre), et comme en plus je n’avais pas la référence des Trois Mousquetaires, je n’avais pas compris en quoi Milady était moins cul-cul que Lady.

L’autre jour, quelqu’un à qui j’ai dit que mon vieux chat était en train de mourir m’a demandé pourquoi je ne la faisais pas piquer. Je me suis souvenu que j’habitais désormais (et ce depuis 20 ans, mais JAMAIS je ne me ferai à ça) dans le (un) pays où on noie les chatons dont on ne sait que faire. Il n’est pas question de laisser souffrir inutilement un animal, et je ferai tout ce qui est possible pour la soulager, quelque soit le coût (depuis le 30 juillet, j’ai dépensé 103 + 60 + 226 + 179 + 100 + 250 = 918€ de soins véto) : j’ai adopté ce chat, j’en ai pris la responsabilité, je ne peux me défausser sur personne. Je ne fais pas ça “pour” Lady, mais bien pour moi, pour mon honneur d’humaine, pour pouvoir continuer à me regarder dans le miroir sans avoir honte. C’est mon humanité qui se joue là, ma capacité à assumer mes devoirs, et non un quelconque droit (de l’/des) animal que je devrais respecter. Il s’agit bien de se respecter soi-même dans son humanité. Mais je ne ferai pas piquer un animal vif, qui cherche à manger, à boire, ronronne, est encore venue dans mon lit cette nuit.

Donc je n’ai aucun doute sur ce que j’ai à faire, dans les grandes lignes : faire de mon mieux pour l’accompagner dans ces derniers jours. Le “comment” est beaucoup moins simple. Est-ce qu’elle souffre ? On dit qu’un chat souffrant se met en boule dans un coin, se planque. Là, non, pas encore. Mais à quel point est-on sûr de comprendre les animaux ? Après des millénaires à s’auto-convaincre qu’on est supérieur à tous les autres animaux, à leur nier toute capacité de penser, de parler, de compter et de capacité d’abstraction, comment faire confiance aux connaissances établies par les humains ? (Plus on cherche, plus on découvre que les animaux ne sont pas si dénué de toutes ces qualités qu’on voulait spécifiquement humaines)
Dois-je la gaver si elle ne mange plus ? Je ne veux pas. Mais si elle continue à avoir faim et ne réussit pas à s’alimenter, c’est difficile de résister. J’espère qu’elle sera peu à peu affaiblie et ne cherchera plus à manger.
Que faire si elle souffre ? Je lui donne quelque chose contre les nausées, et quelque chose pour diminuer la tension artérielle qui pourrait donner des migraines qui pourraient expliquer qu’elle miaulait beaucoup ces derniers temps (mais un véto m’avait dit “Ce n’est rien, c’est la sénilité, elle perd la tête”, et c’est vrai que ça passait dès que je lui parlais ou la prenais dans les bras…).
Dois-je continuer à lui donner des croquettes d’insuffisant rénal alors qu’elle n’en guérira pas ? Je préfère lui proposer tout ce qui lui fait plaisir, le thon, la mousse sheba gold à prix d’or. La complication vient du fait que j’ai un autre chat, en bonne santé, grosse et gourmande, donc je ne peux pas laisser à disposition de Lady de bons aliments : “l’autre chat”1 mangerait tout ! Donc je dois sortir à manger pour Lady, lui présenter, retenter 1 mètre plus loin quand elle s’est éloignée, dégoutée, puis ranger le reste pour le conserver sans sécher, pas au frigo, sinon elle n’aime pas. Galère.
Dois-je à nouveau l’hospitaliser pour qu’on la perfuse et dilue les toxines dans le sang ? L’effet sera de moins en moins spectaculaire, et durera de moins en moins longtemps, a dit la véto. Et la dernière fois, au bout de 3 jours, elle en a eu marre, “elle voulait rentrer”. Donc, a priori, non, la prochaine fois qu’on voit la véto, c’est la fin, à moins qu’on ne voit pas la véto du tout parce qu’elle meurt ici, chez elle. Des amis en banlieue mais partis en vacances ont prévenu les voisins, ils ont la clé, on va enterrer Lady dans leur jardin. Je ne suis pas encore assez moderne pour m’habituer à l’idée de l’incinération et encore moins à payer pour ça.

Lady a des taux d’urée et de créatinine hallucinants, la véto dit que ça aurait depuis longtemps tué d’autres chats, ou que ça leur aurait oté toute envie de manger, toute force. Mais non, Lady est vive, elle monte sur la table, elle monte (difficilement…) sur le lavabo de la salle de bain pour boire de l’eau. Et comme a dit le véto, et ça m’a paru très intelligent (je n’y avais jamais pensé) : les marqueurs biologiques ne sont que des indicateurs, seul compte et nous intéresse la clinique. Et là, on ne peut rien pronostiquer, à part que Lady est en train de partir, mais elle le fera à son rythme, et ça, c’est la nature face à laquelle l’humain doit apprendre à être modeste, après des siècles d’illusion de maitrise !

5.0.2

Le Petit Prince, extrait pour les adultes qui auraient oublié qu’ils ont d’abord été des enfants. Il ne faudrait jamais oublier Le Petit Prince…

– Qu’est-ce que signifie “apprivoiser”?

– C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie créer des liens…Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits gerçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…

Pour lire la totalité de la scène du Renard

(Article initialement publié à 16h17, dans la foulée de son écriture, conception la nuit précédente, Lady dans mon lit, câline, ronronnante ; à 16h, Lady dormait, elle s’est réveillée peu après. Depuis, c’est un peu la cata…La suite en commentaires)

Notes
  1. comme je les appelle souvent à tour de rôle, et ça faisait rire ma jeune coloc’ anglaise Sophie []

Ceci n’est pas un fait divers #justanothermankilledwifestory

Quand je vois un tel titre :

Paris : une jeune Brésilienne poignardée à mort en pleine rue jeudi soir

Capture d’écran 2014-03-16 à 11.45.00

je me dis merde alors, Paris est en fait une ville dangereuse, tu peux te faire poignarder en pleine rue un soir !? C’est pas du tout le sentiment que j’ai depuis 20 ans que je vis dans cette ville, dans 5 arrondissement et 2 rives différentes !

Et puis je me dis “Paris a beau être une ville sans histoire, si tu lis Le Parisien, en fait il y a sans doute plein d’histoires de ce genre,…” et le bavardage continue ainsi dans ma tête…

…et pendant ce temps je commence à lire l’info…et là, surprise :

Capture d’écran 2014-03-16 à 11.48.40

 

Une femme a été poignardée mortellement, ce jeudi 13 mars, vers 22 heures, rue Olivier-Métra dans le XXe arrondissement à Paris. Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, de nationalité brésilienne et âgée de 28 ans, aurait eu une dispute avec son ex-compagnon. Ce dernier, armé d’un couteau de cuisine, lui a ensuite porté plusieurs coups dans le dos.

Très grièvement blessée, la jeune femme est décédée une heure après son agression. Avant de succomber, elle aurait eu le temps de confier à un témoin de la scène le nom de son meurtrier. Ce dernier, âgé de 34 ans, domicilié dans le XXe arrondissement, est activement recherché par les enquêteurs du 2ème district de police judiciaire, en charge de cette affaire.

 

Ce n’est donc pas du tout une question d’insécurité, je n’aurais pas pu tout à fait être à la place de cette femme si je passais par là, c’est pas un coup de couteau perdu, un déséquilibré, un délinquant ou rien de la sorte, c’est une histoire personnelle qui concerne deux personnes, un type qui tue son ex compagne. À la rigueur, c’est rassurant pour moi (et pas de bol pour elle), j’ai pas à ce que je sache de tel type dans mon entourage, c’est bon…. #OUFF

…Sauf que là aussi, nouveau problème : on n’a pas le droit non plus de dire c’est juste “une histoire personnelle qui ne concerne que deux personnes précises et ne me concerne pas moi” à partir du moment où ce pattern (les hommes qui tuent/blessent leur femme/compagne actuelle/passée/en train de rompre, c’est beaucoup trop courant de par le monde et depuis trop longtemps pour qu’on ne se sente pas concernée ! Chaque femme court mathématiquement ce danger (on doit pouvoir calculer la probabilité moyenne pour une femme de se faire agresser par un ex) ! Et ce danger est beaucoup plus important, surtout, que de se faire agresser par un inconnu/déséquilibré/délinquant (ça aussi ça doit pouvoir se calculer)1

#gloups #NousVivonsDansUnMondeMerveilleux

Notes
  1. et on peut se battre longtemps sur les méthodos précises de calcul, quels chiffre on prend en compte, si je suis concernée par une moyenne calculée au niveau mondial, ou si on doit la faire par pays, par région, par ville, par âges des victimes, par statut marital, etc. Jusqu’à ce qu’on n’arrive plus rien à calculer du tout si on se “différencie” trop de la population : “Oui mais moi je ne suis pas dans tel cas, …”, etc. []

Pourquoi un site WordPress n’est pas gratuit ? #Anthologie #InCaseOfEmergencyBreakGlass

Certains sont sans doute souvent confrontés à cette question. D’autres se la posent peut-être tout bas. J’ai pensé que ça pourrait être utile d’avoir quelques pistes de réponse sous la main. #KeepCalm

Dans le besoin, voilà comment j’ai mobilisé mes formidables followers :

On va mettre de côté les réponses énervées (même si elles donnent une bonne idée de l’effet que ça fait quand on entend à longueur de journée des âneries sur les outils “gratuits”) :


ou :

Une réponse polie, sérieuse, claire :

 

(bio de l’auteur : “Liberté, Internet – Ilico & Fédération FFDN – Be the hero of your own story ! Tous les paquets sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres”)

Dans le même genre, autre formulation :

 

Et encore une autre façon de résumer :

Un peu agacé tellement on sait tous pourquoi un site n’est pas gratuit, même WordPress :

  Réponse astucieuse et logique :

(Bio de l’auteur : Gus est le Nabaztag:tag de Cerdic qui lui a piqué son compte. Il (Cerdic, pas le lapin) cause aussi sur http://www.yterium.net/ )

Finalement, en 1 mot comme en 140, il s’agit d’expertise humaine :

 

Réponses utilisables avec tout CMS “gratuit”, SPIP, Drupal, etc. Sur ce, bonne chance avec vos clients, #enjoy !

[mise à jour] Réponses reçues depuis la publication de l’article

 

 


(Bio de l’auteur : Détecteur de failles web sur @SecuPress, Expert (à Miami) #WordPress, Core Contributor Newbie #security #plugin #WPHelp. Suivez @Im_Captain_Hook !)

Suivre

Recevez les nouveaux articles par mail

Abonnez-vous :