Polars à lire : vous me conseillez quoi ?

J’ai réalisé il y a peu, après plus de 30 ans de lectures diverses, qu’en fait ce que j’aime vraiment lire, ce sont les polars.

À l’école/collège/lycée (donc au CDI !), j’ai lu beaucoup d’Agatha Christie, et un peu plus tard, beaucoup de Sherlock Holmes / Conan Doyle, puis, convaincue (par qui ?) que ce n’était pas de la grande littérature, mais pas que pour ça, je me suis détournée des polars. En passant à côté de grands classiques, et de contemporains.

Pendant plus d’une décennie (20 ans-35 ans, en gros), j’ai affirmé ne lire presque que des essais, et très peu de fiction. Dans essais, je mets tous les livres de socio-philo-histoire des sciences, des livres politiques, des livres de socio-philo-SHS, etc.). La proportion de livres chez moi le prouve toujours. Je ne garde d’ailleurs que très peu de livres de fiction : ceux que je n’ai pas encore lus (souvent offerts), et ceux que je veux vraiment garder après les avoir lu car j’y tiens (soit parce qu’offerts/dédicacés soit parce que lu avec émotion/plaisir) : Dürrenmatt, Kafka, Kundera1, Beckett, Duras, Dahl, Gavalda, Auster (quasi polars !), Schlink (polars !), Vargas (polars!)…

Et soudain, cet été, après avoir enchainé depuis la rentrée dernière, avec bonheur et donc vitesse (alors que je lis très lentement) 2 polars de Vargas et 2 de Philip Kerr (prêtés par une copine qui a décidé que c’était pour moi, et elle a visé juste), et m’étant ennuyé à mourir sur 2 livres qui me sont tombés des mains (Vendredi de Heinlein, offert par l’ami Jean-No dans le cadre de la touchante opération « Il faut faire une culture SF à Elifsu, c’est plus possible autant de lacunes » lancée sur Twitter par je ne sais plus qui ; My fist Sony de Benny Barbash, j’ai compris, soudain, qu’en fait, mon truc, c’est les polars. Alors pourquoi se faire du mal avec autre chose ?

Alors, vous me conseillez quels polars ?

1ères réponses reçues sur Twitter, sous un angle particulier de chercheurs-publiant-des-polars-qu’il-faudrait-lister-un-jour, en partant de mon ami de prépa Colin Niel, à mon échographe Eric Nataf, et je viens de découvrir Vincent Boly parce que 3, c’est déjà une foule !

 

 

Notes
  1. erreur de jeunesse, à mon avis, mais bon, pas encore décidée à les virer []
Tagué

19 réflexions sur “Polars à lire : vous me conseillez quoi ?

  1. Fryugnat dit :

    Dans mes derniers coups de coeur, il y a Glacé de Bernard Minier (il en a écrit deux derrière dans la série). C’est super prenant, je préviens c’est (très) sombre, comme peut parfois l’être Vargas, mais l’histoire est géniale.

    Sinon, classique mais inusable, il y a les John Grisham, si tu aimes les procès ou le monde judiciaire en toile de fond. Si ça t’intéresse dis-moi, c’est assez inégal. J’ai lu La loi du Plus faible dernièrement, ça valait le coup. Et je dois en avoir plein d’autres, faut que je parcoure ma bibliothèque.

  2. Wood dit :

    Moi je recommande toujours les classiques :
    – Raymond Chandler (Le Grand Sommeil, Adieu ma jolie, The Long Goodbye…)
    – Dashiell Hammett (Le Faucon Maltais…)
    – Chester Himes (La Reine des Pommes, Il Pleut des Coups Durs, Couchés dans le Pain…)
    Pour le coup, ce sont plutôt des romans noirs que des polars (avec une certaine dose d’humour noir pour Chester Himes) donc je ne sais pas si c’est ce que tu cherches.

    J’y ajoute « Il gèle en Enfer » de Elliott Chaze dans un genre très, très noir.

  3. Franziska Heimburger dit :

    Je vais activer sur twitter les copains plus compétents, mais juste une découverte récente: Miss Fisher – http://en.wikipedia.org/wiki/Phryne_Fisher – ca fait des petits polars sympas, intrigues souvent bien ficellées et un décor d’Australie des annés 1920 plutôt bien travaillé.

  4. @FHeimburger dit :

    Dites, @mXli1 et @enklask , il y @squintar qui cherche des conseils de polar. Vous lui conseillez quoi ? http://t.co/MuJLt0K8z8

  5. Coyote dit :

    j’aimais bien les Exbrayat.
    Il avait plusieurs séries, certaines ont même été adaptées (pas finement) à la télévision et au cinéma.

  6. mixlamalice dit :

    Je lis assez peu de polars, et je suis assez « conservateur » dans ceux que je lis.

    Donc dans les « précurseurs » du genre, outre Conan Doyle, Agatha Christie, etc, il y a:
    – Emile Gaboriau (série inspecteur Lecoq, dans le Paris des années 1830)
    – Wilkie Collins (The Moonstone), un pote de Dickens (assez « ambitieux » d’un point de vue de l’écriture, mais très plaisant même si l’histoire peut paraître aujourd’hui assez convenue)
    – Gaston Leroux (les aventures de Rouletabille, j’avais adoré mais j’ai lu ça jeune)
    – Maurice Leblanc et Arsène Lupin bien sûr.

    Un « classique moderne » (vénéré par la critique en France): James Ellroy. C’est pas toujours facile à lire (le rythme est souvent lent), mais j’ai bien aimé le Dahlia Noir (tiré de la célèbre affaire du même nom) et un tueur sur la route (je crois). C’est très sombre. L.A. Confidential, son plus connu, m’avait moins emballé.

    Après, dans les trucs plus modernes, plus de suspense, Le Poète de Connelly me paraît vraiment bien, même si depuis ses livres ont beaucoup baissé.

    Dans les français, les premiers F. Vargas sont pas mal, avec une ambiance assez propre, même si la aussi ça tourne vite en rond et ça finit un peu par se caricaturer.

    Ma douce aime beaucoup Lehane, mais je n’ai pas lu.

    Joyce Carol Oates, dont je suis assez fan, a aussi pas mal écrit de polars sous pseudo, et certains de ses livres « classiques » ont une ambiance assez proche du roman policier (Zombi, par exemple)

  7. Enro dit :

    Un roman policier en forme de réflexion sur l’histoire, et le travail de l’historien : Josephine Tey, « La Fille du temps » qui date de 1951 (10/18, coll. « Grands détectives »)

    Un roman policier très perec-ien ou oulipo-esque dans sa construction : Antoine Bello, « Éloge de la pièce manquante » qui date de 1998 (Gallimard, coll. « Folio »)

    Enfin, un roman policier historique qui se déroule à Oxford en 1663 et où l’on croise quelques grandes figures de l’histoire des sciences et de la pensée : Iain Pears, « Le Cercle de la croix » qui date de 1997 (lui aussi dispo en poche).

  8. Mathieu Arnold dit :

    J’aime beaucoup toute la série Jack Reacher de Lee Child, https://www.goodreads.com/series/40549-jack-reacher

    La majorité des John le Carré (les Smiley, et les autres)
    https://en.wikipedia.org/wiki/John_le_Carr%C3%A9#Novels

    La majorité des Harry Bosh de Michael Connelly
    https://www.goodreads.com/series/40769-harry-bosch

    J’ai lu quelques Catherine Coulter (série FBI)
    https://www.goodreads.com/series/40971-fbi-thriller

  9. @mXli1 dit :

    Opération des #polars pour @squintar, épisode 1 – en français

    Mon n°1 toutes catégories : Jean-Patrick Manchette, je ne sélectionne pas de titre, pour moi tout est bon chez Manchette, y compris son Journal (1966-1974) et ses Chroniques.
    J’ajoute Jean-François Vilar en n°1bis, surtout pour faire plaisir à @enklask, et aussi parce que je n’ai lu que C’est toujours les autres qui meurent – mais il était effectivement excellent.

    En vrac, mes classiques, ceux dont j’ai presque tout lu et qui ne m’ont jamais déçu : Patrick Raynal, Jean-Bernard Pouy, Jean-Claude Izzo, Frédérc H. Fajardie, DOA, Dominique Manotti, Didier Daeninckx, Cesare Battisti, Tonino Benacquista. Plusieurs ont d’ailleurs fondé et contribué à l’incontournable (et très inégale) série Le Poulpe qu’il faut absolument découvrir si ce n’est déjà fait.

    Il y a aussi les presque classique et très vendeurs Fred Vargas (que tu as déjà lu), Dominique Sylvain et Caryl Férey toujours sympas à lire, et en tous cas très efficaces.

    Parmi mes découvertes les plus récentes :

    – d’un point de vue général, il faut absolument suivre ce que publient des éditeurs comme La manufacture de livres, qui publie d’excellentes choses – et en particulier de très bons « jeunes auteurs ».
    Je pense en particulier aux deux bouquins de François Médéline (La politique du tumulte & Les rêves de guerre – mon gros coup de cœur de ces dernières années. Je l’ai conseillé à plusieurs personnes, soit elles adorent, soit elles détestent – il a donc au moins la qualité rare de ne pas laisser indifférent) et au premier de Marie Van Moere : Petite Louve (qui se lit d’une traite mais résonne encore un moment une fois le bouquin posé…)

    – jette aussi un œil au catalogue de l’Écailler, éditeur malheureusement disparu, mais qui a publié de très bonnes choses jusqu’en 2013. J’y ai lu Du côté des abattoirs par Jan Thirion ainsi que le dernier Raynal (déjà cité). Je ne l’ai pas encore lu mais je cite, rien que pour le titre (et parce qu’il me tente vraiment), Je tue les enfants français dans les jardins par Marie Neuser

    – enfin, publiés chez divers éditeurs, je te recommande tous les Laurent Guillaume et Jérémie Guez.

    Dès que j’ai un moment je te fais l’épisode 2 – les traduits 😉

  10. @mXli1 dit :

    Ma contribution à l’opération Des #polars pour @squintar ép1 « en français » http://t.co/XUaMkeUI7e 😉 @enklask tu valides ? cc @fheimburger

  11. @Keltounet dit :

    RT @squintar: Dans quelques heures, j’aurai trop de noms de polars que je ne pourrai jamais lire dans toute ma vie http://t.co/5nJFOp8V2x #…

  12. @annaCI_2011 dit :

    pour augmenter la liste de @mXli1, déjà bien sympa :
    – Maurice Dantec
    – Karim Miské
    – Gianni Pirozzi
    – Petros Markaris
    – Toni Hillerman
    – James Ross
    – James Lee Burke
    – et Lawrence Block

  13. @annaCI_2011 dit :

    et j’oubliais l’inimitable Douglas Kennedy

  14. Histgeoblog dit :

    Je pose d’autres briques.
    Si vous aimez l’Irlande et ses problématiques sociales les aventures/déboires de Jack Taylor par la plume décapante de Ken Bruen c’est épatant. Le James ellroy du Yorkshire plus connu sous le nom de D. Peace est aussi un auteur à lire 1974/1977/1980 je crois même qu’il y en a un autre derrière avec un accent du nord et du brouillard qui colle.
    Je me souviens d’avoir été très très convaincue par un polar new-yorkais de R. Price intitulé ville noire ville blanche ce qui donne une idée du sujet. Cet été j’ai découvert Craig Johnson avec Little Bird qui se déroule dans le Dakota terre indienne passionnant.

  15. Wood dit :

    Dans un genre noir, je conseille aussi l’anglais Robin Cook (connu aussi sous le nom Derek Raymond et à ne pas confondre avec l’autre Robin Cook, l’américain) : « Les mois d’avril sont meurtriers », « J’étais Dora Suarez ».

  16. Krazy Kitty dit :

    Certains auront déjà été listé précédemment…

    Le « Golden Age » british: Ngaio Marsh, Dorothy Sayers (« Gaudy Night » est souvent décrit comme le premier polar féministe) et Margery Allingham.

    Les classiques américains « hard-boiled » : Raymond Chandler, Dashiell Hammett et Chester Himes. Plus récents : Elmore Leonard, Lawrence Block

    Le classique belge : Georges Simenon (Maigret)

    En Espagne : Manuel Vazquez Montalban, éventuellement Pérez-Reverte (que j’aime beaucoup moins)

    Côté français : Manchette (très noir), Léo Malet (pour apprendre l’argot avec Nestor Burma), et plus récent, Benaquista.

    Pour un bel aperçu de la société cubaine : Leonardo Padura.

    En ces temps de référendum sur l’indépendance de l’Écosse : Ian Rankin.

    Chez les scandinaves : Åke Edwardson, Dórarinsson, Indridasson, Henning Mankell.

    Pour des détective féminines : Amanda Cross, Sue Grafton, Lia Matera, P.D. James (Cordelia Gray) (et Alan Bradley avec sa jeune héroïne morbide et mordue de science, Flavia de Luce). Et dans le genre très précis des polars américains lesbiens féministes : J.M. Redmann et Laurie R. King 🙂

    Et plein d’autres encore !

  17. raph du 1er étage dit :

    Les Poulpes susmentionnés, j’en ai lu beaucoup ado, j’ai une tendresse pour le film de Nicloux. Le principe : Raynal et Pouy ont écrit un canevas (une scène d’ouverture/de fin, un héros et qq personnages récurrents), demandant à quelques auteurs d’écrire des histoires sur cette base, puis laissant n’importe qui envoyer son manuscrit chez Baleine. Les premiers sont bien (écrits par des auteurs reconnus, dont la liste peut t’inspirer #meta2), au dela du numéro 30, c’est plus inégal. À noter que Pouy est un des Papous régulier, sur F Culture.

    Quelqu’un a conseillé Burma/Malet, pour l’argot… oui, certes, mais l’argument qui doit primer pour toi, amha, c’est surtout qu’il y a une histoire par quartier/arrondissement de Paris (Brouillard au pont de Tolbiac, Les Rats de Montsouris, pour les plus proche du 13e). C’est un peu le pendant français de Chandler…

    Vargas, évidemment, Manchette aussi (tous, pour les deux).

    Dans la veine de Ian Pears(+1 pour le cercle de la croix, les autres sont moins prioritaires), il y a aussi Perez-Reverte, avec son Club Dumas (qui a donné le mauvais film « la 9e porte »), sur l’univers des bibliophile (#meta :-). Ou le Tableau du Maître Flamand, très bon.

    Les Rivières pourpres était aussi un très bon livre, comme le Vol des Cigognes. Les Grangé suivants me sont tombés des mains.

    Pour l’exotisme :
    – James Lee Burke, l’atmosphère de la Louisiane
    – l’énigme de Flatey, petit polar islandais
    – The Main de Trevanian, à Montréal
    – Caryl Ferey pour la Nouvelle Zelande (#violent)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *